Cet article date de plus de neuf ans.

3 000 emplois supprimés sur deux ans dans une filiale de PSA

L'équipementier automobile français Faurecia a annoncé pour 2013 1 500 suppressions, qui toucheront l'Europe de l'Ouest.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le PDG de l'équipementier Faurecia, Yann Delabrière, présente les résultats de l'entreprise pour 2012, le 24 juillet 2012 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

PSA - Après la suppression de 1 500 emplois en Europe de l'Ouest en 2012, Faurecia va récidiver en 2013. L'équipementier automobile français a annoncé, lundi 12 novembre lors d'une présentation devant des investisseurs à Londres, qu'il allait supprimer 1 500 emplois à partir de janvier 2013 en Europe de l'Ouest là encore. 

Faurecia, filiale de PSA Peugeot Citroën, lui-même en difficulté, n'a pas indiqué les pays européens concernés par ce plan social. Il n'a pas précisé non plus la proportion de postes déjà supprimés jusqu'ici, ni s'il s'agit de départs à la retraite non remplacés. "Les charges de restructuration pour le groupe atteignent 100 millions d'euros en 2012", a seulement précisé le groupe, qui compte plus de 80 000 employés dans le monde.

Les syndicats surpris

Les syndicats ont affirmé ne pas du tout être informés de ces suppressions de postes. "C'est l'étonnement total, le flou, on ne sait pas où ça va taper", a commenté Patrice Verdun, délégué syndical central CGT dans la division sièges.

L'équipementier avait averti en juillet que la dégradation de la situation, avec un fort recul de ses ventes en Europe attendu au dernier trimestre, l'amènerait à ajuster ses effectifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.