Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Carlos Ghosn et le Japon : du "Napoléon de l'auto" à la "victime d'un complot" ?

Depuis son évasion spectaculaire, Carlos Ghosn clame son innocence dans les médias du monde entier. L'ancien patron de Renault-Nissan, qui avait réussi à redresser la marque automobile japonaise, se dit aujourd'hui victime d'un acharnement judiciaire de la part des autorités nippones. Extrait de "Complément d'enquête".

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE / FRANCE 2

Carlos Ghosn est-il victime d’un coup monté, comme il le clame ? Les autorités japonaises sont-elles allées trop loin ? Pourquoi le tout-puissant patron de Renault-Nissan, "chouchou" des Japonais, est-il devenu la bête noire du gouvernement nippon ? 

Quand Carlos Ghosn était l'homme providentiel

Pourtant, en 2016, le même Carlos Ghosn était encore l'homme providentiel de ce gouvernement – celui qui avait osé faire le" sale boulot". "Il fallait un étranger pour oser s'attaquer frontalement au dossier Nissan", déclarait à "Complément d'enquête" l'ex-ministre en charge du secteur automobile. Au prix de la suppression de... 21 000 postes (du jamais vu au pays de l'emploi à vie), le Français dépêché sur l'archipel a accompli sa mission, réputée impossible.

En 1999, il avait carte blanche pour redresser la marque rachetée par Renault, alors au bord de la faillite. Ce sera fait en moins de deux ans, et au-delà des espérances du groupe : 2 milliards d'euros de bénéfices.

Superstar au pays du Soleil-Levant

En quelques mois, Carlos Ghosn a réussi aussi à devenir le "chouchou" des Japonais, une vraie superstar. Certains l'appellaient Napoléon... Le très sérieux patron faisait alors le show avec une présentatrice vedette de la télé, la une des magazines... il inspirait même des mangas. En 2005, le pays du Soleil-Levant était conquis. Les Japonais lui faisaient confiance pour préserver leurs intérêts dans l'alliance avec Renault. A lui seul, l'hyper PDG dirigeait deux des plus grandes entreprises du monde...

Victime d'une "guerre économique" ?

Que s'est-il passé ? Selon ses détracteurs, Carlos Ghosn serait au fil des années devenu un homme cupide, prêt à se servir dans la caisse – ce qui aurait causé sa perte. Mais lui avance une tout autre version. Il se dit victime d'un complot, d'une guerre économique entre la France et le Japon. Depuis 2018, le bruit courait en effet que l'Etat français l'avait chargé d'organiser la fusion des deux entreprises. Se sentant trahis, craignant de voir passer leur fleuron automobile sous pavillon tricolore, les Japonais auraient vu rouge. Ils auraient alors commencé à mettre de côté certaines pièces... 

Depuis sa spectaculaire évasion, l'ancien PDG sature en tout cas l'espace médiatique pour crier son innocence...

Extrait de "Carlos Ghosn : attrape-moi si tu peux !", un document de "Complément d'enquête" à voir le 16 janvier 2020.

Carlos Ghosn et le Japon : du \"Napoléon de l\'auto\" à la \"victime d\'un complot\" ?
Carlos Ghosn et le Japon : du "Napoléon de l'auto" à la "victime d'un complot" ? (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)