Macron corrige le tir sur les 35 heures après le recadrage de Valls

Le Premier ministre a réagi, vendredi, aux déclarations de son ministre de l'Economie, qui a affirmé, la veille, que la gauche s'était trompée en croyant "la France pouvait aller mieux en travaillant moins". 

Le ministre de l\'Economie Emmanuel Macron (à gauche) et le Premier ministre Manuel Valls à la sortie de l\'Elysée, à Paris, le 31 juillet 2015.
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (à gauche) et le Premier ministre Manuel Valls à la sortie de l'Elysée, à Paris, le 31 juillet 2015. (ETIENNE LAURENT / AFP)

"Je ne parlais pas des 35 heures." Emmanuel Macron a corrigé le tir, vendredi 28 août, après avoir été recadré par le Premier ministre sur ses propos concernant le temps de travail et la gauche. Lors d'un discours de clôture de l'université d'été du Medef, le ministre de l'Economie avait fait cette déclaration, s'attirant les foudres de députés PS : "La gauche a cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées."

"Il n'y aura pas de remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures", a réagi Manuel Valls lors d'une mise au point en marge d'un déplacement dans un centre d'apprentissage à Châlons-en-Champagne (Marne). 

"Les petites phrases font mal à la vie publique"

"Les Français n'ont rien à faire avec les polémiques qui tirent vers le passé. (...) Les vrais sujets sont l'emploi et la croissance. Les petites phrases font mal à la vie publique", a ajouté le chef du gouvernement.

Dans une déclaration transmise vendredi à l'AFP, Emmanuel Macron a assuré qu'il ne "parlai(t) pas des 35 heures" lorsqu'il a évoqué les "fausses idées" de la gauche, affirmant que le travail est "le plus beau combat de la gauche" "Il en faut plus, pas moins (...) Car le travail, c'est le moteur de l'émancipation individuelle", a conclu Emmanuel Macron pour clore la polémique alors que s'ouvre l'université d'été du PS à La Rochelle.