Le projet du nouveau terminal à Roissy "ne se justifie plus tel qu'il était prévu", prévient le ministre des Transports

La crise du coronavirus a durablement fait plonger le nombre de voyageurs aériens.

Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, le 23 juin 2020.
Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, le 23 juin 2020. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'aéroport Charles-de-Gaulle va devoir revoir sa copie. Le projet du nouveau terminal à Roissy "ne se justifie plus tel qu'il était prévu", a prévenu le ministre délégué aux Transports, dans une interview sur Europe 1, mardi 28 juillet. "Le projet du T4 devra être revu en profondeur, c'est une réalité. (...) Nous sommes en train d'investir massivement sur l'avion à hydrogène, nous devrons nous doter de capacité aéroportuaires pour accueillir l'avion à hydrogène", a précisé Jean-Baptiste Djebbari.

Le projet de nouveau terminal à l'aéroport Charles-de-Gaulle, au nord de Paris, estimé entre 7 et 9 milliards d'euros, devait permettre d'atteindre une capacité de 120 millions passagers à l'horizon 2035, explique Le Parisien. La crise du coronavirus a durablement fait plonger le nombre de voyageurs aériens.

Alors que le secteur aéronautique traverse de vives turbulences, le ministre des Transports se veut rassurant. "Nous avons déjà réduit l'ampleur des projets de suppressions d'emplois, a-t-il expliqué. Avec l'argent que l'Etat investit dans l'avion du futur (...), c'est 1 500 emplois dans le groupe en France qui sont sécurisés."