La compagnie française Aigle Azur annule tous ses vols à partir de vendredi à minuit, sans dédommagement pour ses clients

L'entreprise a fait cette annonce jeudi, justifiant cette décision par sa "situation financière" et les "difficultés opérationnelles en résultant".

Un Airbus A320 de la compagnie Aigle Azur s\'apprête à atterrir, le 29 mars 2018, à Marignane (Bouches-du-Rhône).
Un Airbus A320 de la compagnie Aigle Azur s'apprête à atterrir, le 29 mars 2018, à Marignane (Bouches-du-Rhône). (JEAN-PAUL PELISSIER / REUTERS)

Le deuxième transporteur aérien français bat de l'aile. La compagnie Aigle Azur, spécialiste des destinations vers l'Algérie, a annoncé, jeudi 5 septembre, l'annulation de tous ses vols à partir de samedi. "La situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant ne permettent pas d'assurer les vols au-delà du 6 septembre au soir", écrit l'entreprise dans un document interne consulté par l'AFP.

L'entreprise a prévenu ses clients devant effectuer un vol retour au-delà de vendredi minuit qu'ils seraient "contraints d'acquérir un autre billet retour", car elle ne peut pas "garantir un dédommagement". Les clients sont invités à soit contacter leur assurance fournie par leur carte bancaire, soit leur agence de voyage et, à défaut de ces solutions, à se rapprocher des mandataires judiciaires pour déclarer leur créance.

En quête de repreneurs

Placée en redressement judiciaire lundi, Aigle Azur avait déjà annulé une partie de ses vols depuis jeudi. Ses liaisons avec le Portugal, l'Ukraine, le Mali et le Brésil avaient ainsi été suspendues. La compagnie s'était justifiée par le fait qu'elle était entrée "dans une période de recherche active de repreneurs, encadrée par la justice commerciale, qui l'oblige à suspendre progressivement ses vols réguliers". La vente de billets avait également été suspendue à compter du 10 septembre.

Aigle Azur compte 1 150 employés, dont 350 en Algérie, destination qui représente 50 à 60% de son activité. La compagnie dispose d'une flotte de 11 avions et a transporté 1,88 million de passagers en 2018, année pendant laquelle elle a réalisé un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros. Les éventuels repreneurs ont jusqu'au lundi 9 septembre à midi pour déposer leur offre.