Environnement : faut-il interdire les avions publicitaires ?

On les voit dans le ciel chaque été : les avions publicitaires et leurs bannières sont désormais menacés de disparition.

Un avion qui tracte une banderole publicitaire au-dessus d’une plage : une image bien connue des vacanciers, depuis près d’un demi-siècle. Accusé de nuisance sonore et de pollution, ce symbole estival est menacé. “Ils ont toujours fait partie du paysage et de la plage. Moi, cela ne me gêne pas forcément”, explique une vacancière. "On en voit trois dans la journée, pas plus. Je ne vois pas en quoi cela peut polluer. Si cela dérange les gens, je ne comprends pas”, renchéris un autre plagiste.

Une consommation aérienne égale à 20 000 kilomètres par an en voiture

Pourtant, une proposition de loi inspirée par la convention citoyenne sur le climat demande la fin de cette activité considérée comme trop polluante. "La publicité aérienne en ULM représente 4 500 heures par an, 4 500 heures à 14 litres, cela fait 63 000 litres soit la consommation de 45 voitures qui feraient 20 000 kilomètres par an”, détaille Gérard Landri, pilote.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des afficheurs du ciel (capture écran)
Des afficheurs du ciel (capture écran) (FRANCE 3)