Charente : bras de fer avec Ryanair

Le 9 novembre, un avion de la société Ryanair a été contraint de rester au sol. Une mesure exceptionnelle visant à forcer la compagnie aérienne à enfin rembourser la dette qu'elle doit à la région Charente. 

FRANCE 3

C'est une première en France. Un Boeing 737 de la société Ryanair sera resté cloué au sol à l'aéroport de Bordeaux (Gironde) vendredi 9 novembre, pendant presque 24 heures. Cette mesure visait à contraindre la compagnie aérienne à rembourser les 525 000 euros de soutiens publics perçus par la compagnie d'aéroport de la Charente, et qui ont été jugés illégaux par la Commission européenne par la décision du 23 juillet 2014. Sous la menace, Ryanair a cédé et s'est acquitté vendredi 9 novembre de sa dette.

Un million d'euros pour la ligne Londres-Angoulême

"Après avoir épuisé toutes les procédures contentieuses, pour lesquelles nous avons eu gain de cause à chaque fois, c'était là le moyen ultime de régler cette somme, ce qui a été fait aujourd'hui", explique François Bonneau, le président du conseil départemental de la Charente. Dans les années 2000, Ryanair s'installait en France, avec le soutien des départements, dont la Charente, qui investissait un million d'euros pour la desserte Londres (Royaume-Uni)/Angoulême (Charente). Mais en 2010, la compagnie stoppe cette ligne, puis Ryanair est condamné à rembourser cette somme perçue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ryanair a licencié six membres d\'équipage basés au Portugal, accusés d\'avoir publié une \"fausse photo\". 
Ryanair a licencié six membres d'équipage basés au Portugal, accusés d'avoir publié une "fausse photo".  (NURPHOTO /AFP)