VIDEO. Les gendarmes peuvent vous contrôler… même sous l'eau

Pour garantir la sécurité des clients, les militaires vérifient les équipements de sécurité et le niveau des moniteurs, y compris par vingt mètres de fond.

O. THERON / F. CERULLI / S. LEMAIRE / FRANCE 2

Un signe de la main, une combinaison bleue. Immédiatement, la palanquée s'arrête, par vingt mètres de fond. Le guide de plongée entame un dialogue sans paroles avec le gendarme, qui réalise un contrôle sous-marin. Ici, à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes), le militaire vérifie si la plongée respecte le niveau des promeneurs aquatiques.

"Ce qu'on peut trouver, ce sont des dépassements de profondeur. Les encadrements sont en général bien respectés", résume Christian Petit, maréchal des logis chef. Le contrôle du club de plongée continue à bord. Le responsable doit tout détailler, des diplômes des moniteurs aux équipements de sécurité.

"On est quand même dans une activité à risques, relativement accidentogène", explique Sylvie Dollé, de la direction départementale de la cohésion sociale. Et d'ailleurs, les professionnels vivent plutôt bien ces contrôles. "On ne peut pas se permettre d'erreurs de type matériel ou sécurité", reconnaît Arnaud de la Prade, chef du centre de plongée Easy Dive.

Des gendarmes contrôlent une palanquée par vingt mètres de fond, à Juan-lès-Pins (Alpes-Maritimes).
Des gendarmes contrôlent une palanquée par vingt mètres de fond, à Juan-lès-Pins (Alpes-Maritimes). (FRANCE2 / FRANCETV INFO)