Cinq astuces pour se déconnecter pendant les vacances

En juin 2011, 41% des internautes déclaraient ne pas pouvoir se passer d'internet plus de deux ou trois jours sans ressentir de manque.

Laisser de côté son smartphone ou sa tablette pour profiter des vacances n\'est pas forcément simple.
Laisser de côté son smartphone ou sa tablette pour profiter des vacances n'est pas forcément simple. (SAMI SARKIS / GETTY IMAGES)

Maillot, serviette, crème solaire, smartphone et tablette. Les Français semblent de plus en plus enclins à glisser dans leur valise de quoi surfer sur internet depuis leur lieu de vacances.

Dans son rapport sur la diffusion des technologies en France (PDF), publié en décembre 2011, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie indiquait que près de la moitié (46%) des personnes possédant un ordinateur portable ou une tablette n'hésitait pas à les emporter en vacances ou en week-end. Pire, un internaute sur cinq (19%) disait ne pas pouvoir se passer d’internet plus d’une journée sans ressentir de manque. Et 22% affirmaient pouvoir tenir, au mieux, deux ou trois jours.

Difficile, dans ces conditions, de partir en congés en mettant de côté travail ou amis et la cohorte d'e-mails qui va de pair. Voici cinq astuces, plus ou moins radicales, pour se déconnecter vraiment et profiter pleinement de ses vacances.

1Laisser le mode avion activé après l'atterrissage

C'est la méthode la plus simple, mais aussi la moins efficace. Le mode avion, que vous pouvez activer dans le menu "Réglages" de la plupart des smartphones, désactive le Wi-Fi et le réseau téléphonique. Rien ne vous empêche d'utiliser les autres fonctionnalités, pour photographier vos doigts de pieds face à la mer ou convertir les lei moldaves en euros sans être interrompu par un coup de fil de votre patron qui n'arrive pas à mettre la main sur un dossier.

Autre variante, pour les plus frileux : le mode "Ne pas déranger", présent nativement sur les appareils Apple. Il ne coupe pas le réseau, mais ne vous avertit pas lorsque vous recevez un appel ou un mail. Vous pouvez affiner les réglages de ce mode pour autoriser certains coups de fil, même si c'est un peu de la triche.

Le menu de configuration du mode \"Ne pas déranger\" sur iPhone.
Le menu de configuration du mode "Ne pas déranger" sur iPhone. (FRANCETV INFO)
 

Ces méthodes ne sont évidemment efficaces que si vous avez une volonté de fer. Si vous êtes complètement accro à votre smartphone, il y a fort à parier que vous désactiverez vite ces fonctions. 

2"Oublier" son chargeur

Si vous ne vous pensez pas capable de décrocher, vous pouvez toujours vous imposer une contrainte sévère en n'emportant pas le chargeur de votre téléphone ou de votre tablette. L'idée est de vous rationner : vous partez avec une batterie pleine et n'allumez votre appareil que cinq petites minutes le soir, pour regarder vos mails ou votre compte Facebook. Ainsi, la batterie peut facilement tenir cinq jours. Mais les plus dépendants remueront sans doute ciel et terre pour trouver un chargeur sur leur lieu de vacances, une fois que la batterie aura rendu l'âme.

3Installer des applications restrictives

Ce sont les équivalents numériques de la ceinture de chasteté. Si votre téléphone est un Android, Call Blocker, Mr. Number ou Hinky vous permettent de créer des listes de numéros indésirables qui ne pourront ni vous appeler ni vous envoyer de SMS.

Capture d\'écran de l\'application Android \"Mr. Number\", qui permet de bloquer les appels indésirables.
Capture d'écran de l'application Android "Mr. Number", qui permet de bloquer les appels indésirables. (FRANCETV INFO / MR. NUMBER)

Plus radical, Digital Detox permet carrément de rendre votre téléphone inutilisable pendant une période allant de 30 minutes à un mois. Seuls les appels d'urgence sont alors acceptés, et aucun retour en arrière n'est possible. Mais l'appli n'est plus mise à jour depuis des mois et ne fonctionne pas avec les versions les plus récentes d'Android.

Les propriétaires d'iPhone, eux, n'ont pas ce luxe. La marque ne laissant pas les développeurs accéder aux fonctions d'appel, aucune application équivalente n'est disponible. Attendue à l'automne, la prochaine version du système d'exploitation d'Apple, iOS 7, intégrera toutefois le blocage des appels indésirables, explique TechCrunch (en anglais).

4Ressortir son vieux "dumbphone"

Vous voulez rester joignable pendant vos vacances à l'île de Ré, mais tout en faisant une croix sur vos mails professionnels, les notifications Facebook ou les alertes de francetv info ? Vous pouvez toujours remiser votre iPhone au placard et ressortir le "dumbphone" (la version "stupide" du smartphone) de votre jeunesse, le temps du break estival. Mais si, vous savez, ces antiquités qui ne servaient qu'à téléphoner et envoyer des SMS.

De ce point de vue, le must reste le Nokia 3310. Vendu à 126 millions d'exemplaires et réputé très, très solide, vous pourrez le trimballer un peu partout sans craindre de le casser. Votre iPhone ne peut pas en dire autant.

Attention tout de même : si votre smartphone est récent, sa carte SIM ne fonctionnera sans doute pas dans un vieux modèle. Dans ce cas, pensez à vous équiper d'un adaptateur, que l'on peut trouver sur des sites spécialisés pour environ deux euros.

5Choisir une destination adaptée

Si aucune astuce n'a fonctionné jusqu'ici, pas de panique. Il vous reste encore la possibilité de partir en vacances dans un lieu qui vous empêchera d'utiliser vos appareils connectés.

Le Monde (article abonnés) explique ainsi que plusieurs hôtels européens, comme le Westin Dublin ou les établissements Vincci en Espagne (pages en anglais), proposent des formules "digital detox". En échange de vos appareils, le personnel de l'hôtel vous proposera massages ou activités sportives.

Les grands enfants préféreront peut-être l'option "Camp Grounded", sorte de colonie de vacances pour adultes organisée en Californie. Moyennant 300 euros, vous passerez trois jours dans un ancien camp scout, en pleine forêt, où les participants auront confié montres, smartphones et cartes de crédit aux organisateurs. Au programme : batailles de polochons, chansons et danses sous les étoiles. Sans la lueur blafarde d'un écran à l'horizon.