Ours : le coup de force des opposants

 Le nouveau ministre qui succèdera à Nicolas Hulot devra gérer un dossier sensible : la gestion des ours. Nicolas Hulot voulait réintroduire deux ours femelles dans les Pyrénées-Atlantiques. Les opposants comptent bien profiter de son départ pour remettre ce plan en question.

Voir la vidéo
France 3

Une mise en scène macabre pour une opération coup-de-poing. Ce matin, mercredi 29 août, les éleveurs anti-ours ont manifesté devant la mairie d'Estaut, dans les Pyrénées-Atlantiques. La maire du village est favorable à l'introduction de deux animaux dans la région. Selon eux, l'ours a décimé plusieurs centaines de bêtes l'an dernier. Certains sont aujourd'hui prêts à tout.

Les anti-ours restent prudents

Nicolas Hulot avait fait du dossier de la réintroduction du plantigrade un combat personnel. "Nous ne pouvons pas nous résoudre à voir disparaître l'ours brun des Pyrénées, sous nos yeux", avait-il déclaré sur Twitter. Alors, à l'annonce de sa démission, les éleveurs auraient pu se réjouir, mais ils préfèrent rester prudents. Cette question fera partie des nombreux dossiers qui attendent le futur ministre de l'Écologie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ours brun en semi-liberté, le 18 juin 2015, dans le parc animalier des Angles (Pyrénées-Orientales).
Un ours brun en semi-liberté, le 18 juin 2015, dans le parc animalier des Angles (Pyrénées-Orientales). (RAYMOND ROIG / AFP)