Sept Français sur dix rejettent les propos des maires EELV sur le Tour de France et les sapins de Noël, selon notre sondage

L'image d'Europe Écologie-Les Verts se dégrade mais il reste le parti qui remporte le plus d'avis favorables.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le sapin de Noël de la municipalité de Bordeaux, place Pey Berland, en novembre 2016. (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)

Sept Français sur dix rejettent les propos des maires EELV de Lyon et Bordeaux sur le Tour de France et les sapins de Noël, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 17 septembre.

Une semaine après les propos sur le Tour de France du maire de Lyon Grégrory Doucet et ceux de Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, sur les sapins de Noël, les Français se font critiques. 68% des personnes interrogées jugent ainsi que Grégrory Doucet a eu tort de dire que le Tour de France véhiculait une image "machiste du sport" et "n'était pas écoresponsable". Quant à la décision de Pierre Hurmic de ne plus installer de sapin de Noël, "un arbre mort", devant l'Hôtel de Ville de Bordeaux, 72% des Français la désapprouvent.

Ce sont les sympathisants LR et LREM qui sont le plus remontés contre ces deux prises de position. 83% des Marcheurs se disent en désaccord avec les deux maires. Du côté des proches des Républicains, 88% désapprouvent le maire de Lyon et 92% désavouent la sortie de celui de Bordeaux. A gauche, les trois quarts des PS estiment qu'ils ont eu tort. Les deux tiers (66%) des proches de La France insoumise donnent tort à Pierre Hurmic, mais seulement 46% désavouent Grégory Doucet. A noter que les Français se disant proches d'EELV se prononcent à 55% contre les propos du maire de Lyon et à 47% contre le projet du maire de Bordeaux.

Soutien aux critiques sur le "modèle Amish" 

Ce sondage donne par ailleurs raison, à une faible majorité, à Emmanuel Macron qui a critiqué l’opposition à la 5G des écologistes et d’une partie de la gauche en estimant que "revenir à la lampe à huile" ou au "modèle Amish" ne permettra pas de "régler les défis de l'écologie contemporaine".

55% des personnes interrogées sont d'accord avec le chef de l'État. Ce sont les proches de LREM qui partagent le point de vue d'Emmanuel Macron, à 86%. Mais le président de la République emporte également l'adhésion des trois quarts (75%) des LR, de six PS sur dix (61%) et de 56% des proches du RN. A l'inverse, sept écologistes sur dix (69%) et 62% des Insoumis donnent tort à Emmanuel Macron.

Conséquence de ces polémiques, l'image d'EELV auprès des Français se dégrade. Selon ce sondage, seulement 43% des personnes interrogées ont une bonne opinion du parti. EELV perd 14 points depuis le mois de février.

EELV, un parti d'avenir

Mais malgré cette baisse, le parti écologiste reste celui qui draine le plus d'avis favorables, devant LREM (35% de bonnes opinions). LR ferme le podium avec 34% d'opinions favorables. Derrière, le RN n'emporte l'adhésion que de 29% des personnes interrogées, tout comme le PS. La France insoumise ferme la marche avec un quart de bonnes opinions (26%).

Enfin, l'enquête s'est intéressée à l'image véhiculée par EELV auprès des Français. Il en ressort qu'il apparaît comme un parti d'avenir pour la moitié des Français (50%) et utile à notre vie politique à 52%. Mais par rapport au mois de juillet, EELV a perdu de sa crédibilité. Cet été, le parti était jugé utile par 61% des Français (-9 points depuis le 2 juillet). Il était vu comme étant un parti d'avenir par 63% des personnes interrogées, il perd là 13 points en plus de deux mois. A noter également que seulement 45% des Français voient EELV comme porteur de valeurs qu'ils partagent. Au mois de juillet, ils étaient 55% à adhérer à ces valeurs.

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 16 et 17 septembre 2020, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.