Quand les coquilles d'huîtres ont une seconde vie

Les Français sont les plus gros consommateurs d'huîtres au monde. Une équipe de France 2 est allée dans une déchetterie qui recycle les coquilles d'huîtres.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dégustées à Noël, les coquilles d'huîtres commencent ensuite une nouvelle vie. C'est la première année qu'une déchetterie charentaise récupère les coquilles vides pour les recycler, les sacs se remplissent rapidement. La déchetterie espère récupérer une vingtaine de tonnes de coquilles d'ici la fin janvier. "C'est des déchets qui ne sont plus enfouis, qui sont valorisés localement et qui permettent une économie et de l'emploi local", explique Étienne Vitré, directeur du syndicat mixte "Cyclad".

Des briques pour les oiseaux

30 minutes, c'est le temps qu'il faut pour transformer les coquilles. Elles sont d'abord séchées à très haute température. "La température qui règne à l'intérieur, entre 200 et 250 degrés permet de les hygiéniser. Toutes les traces de bactéries qui pouvaient exister dans l'huître morte ont disparu", explique Jean-Luc Saugnier, codirecteur de la société "Ovive". Les coquilles sont ensuite concassées. À l'arrivée, des paillettes de scalaire nacrées qui vont servir à l'alimentation des poules. D'autres produits sont fabriqués comme des briques pour nourrir les oiseaux.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Un site de collecte de coquilles d\'huîtres destinées au marquage routier, le 7 novembre 2006, à Landévant (Morbihan).
Un site de collecte de coquilles d'huîtres destinées au marquage routier, le 7 novembre 2006, à Landévant (Morbihan). (MAXPPP)