Ces travailleurs qui ne chôment pas à Noël

Pour un certain nombre de Français, Noël reste un jour comme les autres où il faut aller travailler.

FRANCEINFO

Noël n'est pas forcément signe de repos pour tout le monde. Mercredi 25 décembre, Kevin Pellé commence de nouveau sa journée aux aurores. Ce pâtissier se met très tôt en cuisine pour réaliser les bûches de Noël dont vont profiter ces clients en famille. "C'est notre plus gros chiffre de l'année le 25 et puis on a envie de faire plaisir, tout simplement", avoue-t-il. C'est aussi la satisfaction de voir son travail apprécié par la clientèle qui le motive à se lever chaque matin.

Pas de repos pour les infirmières

Élodie Jérôme n'a pas la chance de profiter de sa famille mercredi 25 décembre. Cette infirmière libérale doit commercer son tour de visites à domicile. "J'ai aussi souvent le droit à la question de la veille au soir : 'Maman c'est toi demain ?'", raconte-t-elle. "Ça c'est un peu dur." Elle se rend aujourd'hui chez une septuagénaire qui ne peut pas sortir seule de son lit pour se mettre sur son fauteuil roulant. "Ce n'est pas marrant ni pour elle, ni pour les enfants", compatit cette patiente. En compensation, chaque visite d'Élodie un 25 décembre est majorée de 8,50 €.

Un artisan boulanger pétrit son pain. Photo d\'illustration.
Un artisan boulanger pétrit son pain. Photo d'illustration. (LOIC VENANCE / AFP)