L'Armée du salut, mobilisée hiver comme été

Dans son dossier du vendredi, France 3 nous fait découvrir les origines et le fonctionnement de cette association.

FRANCE 3

A l'Armée du salut, tout le monde est un peu musicien. La fanfare est une tradition héritée de l'époque où il fallait faire taire les moqueurs. "Elle était utilisée notamment pour attirer les gens lorsque nous faisions essentiellement nos réunions en plein air", explique le Colonel Daniel Naud, chef du territoire France-Belgique pour l'Armée du salut. "Le but c'était que même ces gens qui nous chahutaient soient attirés par ce qui nous habitait", ajoute-t-il.

Une église organisée comme une armée

Ici, les fidèles sont des soldats et les prêtres, des officiers. Fin du XIXe siècle, le pasteur protestant William Booth part en guerre contre la misère à Londres. C'est la naissance des soupes populaires et de cette Eglise un peu à part.

Depuis l'action sociale n'a cessé de prendre de l'ampleur. Santé, handicap, accueil d'urgence, l'Armée du salut gère une cinquantaine d'établissements. L'association s'interdit tout prosélytisme, l'important pour elle, est d'offrir un toit aux laissés-pour-compte. Cette année, l'Armée du salut souffle ses 150 bougies.

Le JT
Les autres sujets du JT
(FRANCE 3)