Cet article date de plus de neuf ans.

Le nombre d'or se cache-t-il dans l'utérus ?

Censé définir les proportions idéales en géométrie, il serait aussi applicable à l'utérus de la femme... C'est en tout cas la théorie d'un gynécologue belge. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dessin d'un utérus datant du début du XXe siècle. (DEA PICTURE LIBRARY / DE AGOSTINI EDITORIAL)

Le nombre d'or, censé régir les proportions idéales en géométrie ou en architecture, se décline en plusieurs formats. Il existe un rectangle d'or, un triangle d'or, une spirale d'or... Et désormais, certains croient qu'il existe un utérus d'or. Ce ratio (1,618 et des poussières), un gynécologue de l'université de Louvain (Belgique) pense en effet l'avoir décelé dans le corps des femmes, raconte le Guardian mardi 14 août. Voilà comment.

"Jasper Vergnuts m'a expliqué qu'un gynécologue pouvait dire instantanément si un utérus était sain ou malformé en fonction de ses dimensions, explique le journaliste. Et son intuition, c'est que ces dimensions se réfèrent au nombre d'or." Ces derniers mois, le praticien a mesuré les utérus de près de 5 000 femmes, par échographie. Il a ensuite établi un ratio entre leur longueur et leur largeur. Conclusions : "Ce ratio est proche de 2 à la naissance, et décroît progressivement pour atteindre 1,46 chez les patientes les plus âgées".

Le nombre d'or préféré des jeunes femmes

Sa "découverte" l'enthousiasme d'autant plus qu'il a retrouvé le ratio de 1,6, extrêmement proche du nombre d'or, dans les proportions des utérus de femmes ayant entre 16 et 20 ans, "soit au moment où elles sont le plus fertiles", selon le journal. "C'est la première fois que quelqu'un s'intéresse au sujet, et je suis ravi des résultats", sourit le gynécologue.

Devant tant d'enthousiasme, il est bon de rappeler que cette étude ne prouve rien, et que ses résultats n'ont aucune validité scientifique. Le nombre d'or reste une occupation de mathématiciens du dimanche, rappelle le Guardian, même si la suite de Fibonacci, qui théorise en quelque sorte le nombre d'or, a une validité mathématique. De là à ce que les utérus sachent compter...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bizarre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.