Découverte : le phare de Cordouan

Depuis quatre siècles, le phare de Cordouan veille sur l'estuaire de la Gironde. Classé monument historique, on le surnomme le Versailles de la mer.

France 3

Il faut parcourir sept kilomètres en mer pour atteindre cette prouesse architecturale. Chaque année, ils sont 20 000 à vouloir tenter l'aventure. S'ils sont nombreux, c'est que le phare de Cordouan est unique. C'est le seul phare en mer encore habité par des gardiens. "Le phare depuis qu'il a été terminé en 1611, il n'a jamais été abandonné. Il est gardienné 24h/24, 365 jours par an, on est là été comme hiver", explique Benoît Jenouvrier, gardien de phare. 

Travail d'orfèvre 

Benoît Jenouvrier vient de la Cotinière, c'est l'un des quatre gardiens du phare. Direction le deuxième étage du phare, c'est là où se trouve la chapelle royale. Des baptêmes y sont toujours célébrés. C'est Henri III qui a confié la construction à l'architecte Louis De Foix. Au XVIIIe siècle, le phare est surélevé de plus de 20 mètres. Un travail d'orfèvre vu de l'intérieur : cet escalier en voûte, majestueux, est une performance technologique. 301 marches à gravir pour profiter de cette vue à couper le souffle. Le phare est un laboratoire qui va bouleverser la signalisation maritime.
 
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le phare de Cordouan, à l\'entrée de l\'estuaire de la Gironde, est le plus ancien phare de France encore en activité.
Le phare de Cordouan, à l'entrée de l'estuaire de la Gironde, est le plus ancien phare de France encore en activité. (NICOLAS THIBAUT / PHOTONONSTOP / AFP)