Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo The Bridge, la nouvelle vague des courses transatlantiques

Publié
Article rédigé par
Bérengère Sérot - franceinfo
France Télévisions

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont assisté, dimanche à Saint-Nazaire, au départ de The Bridge, une transat qui oppose un paquebot et quatre maxi-trimarans.

Treize ans après sa mise en service, le Queen Mary 2 était de retour dans la cité portuaire de Saint-Nazaire. Près de 250 000 personnes sont venues admirer le géant des mers, parti pour New York, dimanche 25 juin. Le deuxième plus gros paquebot du monde participe à The Bridge, compétition qui ouvre une nouvelle étape dans les courses maritimes. Le Queen Mary 2 aura pour concurrents quatre maxi-trimarans de classe "ultime", dont la longueur peut atteindre 32 mètres. A bord de ces multicoques, les meilleurs skippers du monde : Thomas Coville (Sodebo), François Gabart (Macif), Francis Joyon (Idec) et Yves Le Blevec (Actual).

Opération de communication

Les cinq rivaux vont devoir relier Saint-Nazaire à New York, mais il y a peu de suspense sur l'identité du vainqueur. Si les trimarans peuvent atteindre des pics de vitesse approchant les 75 km/h, ils seront dépendants de la météo et du vent. Le Queen Mary 2 avancera, lui, à une vitesse constante de 28 nœuds, soit 51 km/h. Cet avantage lui permettra d'atteindre les côtes américaines dès le 1er juillet. Les trimarans devraient suivre un à deux jours plus tard. 

Au-delà de la course transatlantique, The Bridge est aussi une grande opération de communication. D'abord pour célébrer l'amitié franco-américaine et le centenaire de l'arrivée des soldats des Etats-Unis à Saint-Nazaire lors de la première guerre mondiale. Ensuite pour "réfléchir à l'entreprise de demain". Une centaine d'entreprises du Grand Ouest seront réunies en colloque à bord du "Queen Mary 2". Parmi elles, Sodebo, le groupe de bâtiment Lucas et Multiplast. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les choix de la rédaction

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.