"On se retrouve emprisonnée, on accepte tout" : des jeunes filles au pair racontent leur calvaire dans leur famille d'accueil

Le procès du couple accusé de la mort de Sophie Lionnet, une jeune fille au pair dont le corps a été retrouvé calciné en septembre dernier, a livré son verdict jeudi 24 mai. Le couple français Sabrina Kouider et Ouissem Medouni a été reconnu coupable du meurtre de leur jeune Française. Leurs peines seront prononcées le 26 juin. Mais Sophie Lionnet n'est pas la seule jeune femme dont l'expérience au pair s'est transformé en cauchemar. Enquête.

Des jeunes filles au pair témoignent auprès de franceinfo du calvaire vécu au sein de leur famille d\'accueil. 
Des jeunes filles au pair témoignent auprès de franceinfo du calvaire vécu au sein de leur famille d'accueil.  (GETTY IMAGES / FRANCEINFO)

"Ceci était leur voiture." Il est 16h42 quand, sur Facebook, Mallaury nous envoie ce message accompagné d'une photo. On y voit l'intérieur d'un véhicule, les jambes d'un enfant et surtout un tas d'immondices. Des bouteilles en plastique, des emballages de fast-food et des restes de nuggets jonchent le sol. En 2016, cette jeune femme alors âgée de 21 ans souhaite vivre le rêve américain et améliorer son anglais en devenant jeune fille au pair. Le rêve tourne vite au cauchemar : en plus de s'occuper de quatre enfants, dont trois autistes, Mallaury devient la bonne à tout faire et trime jusqu'à 13 heures par jour. 

Elle y passera un mois avant de réussir à changer de famille d'accueil. Sophie Lionnet n'a pas eu cette chance. Jeune fille au pair de 21 ans, originaire de l'Yonne, elle a été retrouvée morte le 20 septembre 2017 à Londres. Le couple français Sabrina Kouider et Ouissem Medouni a été reconnu jeudi 24 mai coupable du meurtre. Leurs peines seront prononcées le 26 juin.

>> Royaume-Uni : les Français Sabrina Kouider et Ouissem Medouni reconnus coupables du meurtre de leur jeune fille au pair Sophie Lionnet

Selon ceux qui l'ont côtoyée pendant son séjour à Londres, Sophie n'était plus que l'ombre d'elle-même et présentait des traces de maltraitance. Son histoire a ému des centaines d'autres jeunes filles au pair. Victoria, qui a elle aussi été victime d'une expérience traumatisante, a créé une page Facebook en sa mémoire et recueilli, depuis septembre, plus de 70 témoignages alarmants. Franceinfo donne la parole à ces jeunes femmes qui se sont retrouvées prises au piège de familles mal intentionnées. 

Rapidement, de premiers doutes

Toutes ont pourtant eu un premier contact positif avec leur famille d'accueil. Certaines sont passées par une agence, d'autres ont contacté, souvent sur Facebook, leurs futurs hôtes. Marie, 20 ans, a "mis quatre mois pour trouver la famille idéale" en multipliant les Skype avec des couples américains. Sur le papier, c'est le conte de fées : un foyer très aisé de trois enfants dans le sud de San Francisco et dont la mère occupe un poste à responsabilité chez Facebook. Daniela*, 21 ans, de nationalité colombienne, s'attend elle aussi à vivre "un rêve". C'est ce que lui a promis son agence en l'envoyant en France.

On m'a dit : 'Tu vas voir, tu vas apprendre une nouvelle culture et tu vas gagner beaucoup d'argent.'Daniela, jeune fille au pair colombienneà franceinfo

Après une première expérience loin d'être satisfaisante près de Bordeaux, son agence l'envoie à Beauvais (Oise) dans une famille de trois enfants. "Au début, tout se passe très bien, j'ai même mon propre appartement à côté de la maison", raconte-t-elle à franceinfo. 

Mais, rapidement, pour certaines, les premiers doutes surviennent. "La famille était très catholique, les parents étaient très stricts avec leurs enfants. Et puis, ça a commencé à les déranger quand je faisais des fautes de français, ils me regardaient mal", se remémore Daniela. Mêmes interrogations pour Pauline, une Française envoyée comme jeune fille au pair à Perth, en Australie, il y a quatre ans. "C'était une famille qui venait d'avoir des jumeaux. Ils avaient un mois. L'annonce précisait qu'il fallait faire de la garde d'enfants et aider la maman dans les tâches quotidiennes, se souvient-elle. Quand j'ai rencontré la maman, elle m'a parue très fatiguée, mais j'avais vraiment besoin d'un travail et je n'ai pas posé assez de questions."

Victoria a, elle aussi, des suspicions assez tôt. Cette étudiante en troisième année de droit à Rouen part en septembre 2017, pour être jeune fille au pair dans une famille de quatre enfants à Tonbridge, en Angleterre. Elle est accompagnée de son petit copain, Mathieu, lui aussi embauché dans la famille. 

Ils publiaient pas mal d'annonces dans un laps de temps très rapproché, j'avais trouvé ça bizarre.Victoria, étudiante, ex-jeune fille au pair en Angleterreà franceinfo

"Ils nous ont demandé de venir très vite. Quand on devient jeune fille au pair, on veut souvent fuir une situation, tenter une expérience, mais là on est allés trop vite", analyse Victoria avec le recul. Si l'occasion se représentait, elle prendrait plus de précautions avant de partir. 

"Je trouvais du pipi et du caca tout séché"

Très vite, l'expérience se complique. Ces jeunes femmes doivent effectuer des heures supplémentaires. En plus des enfants, les tâches ménagères qu'elles doivent accomplir dépassent largement le cadre fixé au départ. Victoria et Mathieu travaillent plus de 75 heures par semaine au lieu de 40. "Ils ont demandé à Mathieu de tondre la pelouse, d'arracher certains arbres et de tailler la haie sans protection. Ils nous ont pris pour des domestiques", s'insurge l'étudiante. "Normalement, une jeune fille au pair est là pour les enfants et participer à la vie de famille, mais moi, je récurais même la douche des parents et je repassais les chemises du père", se souvient Pauline. Cette étudiante en anglais commence à 8 heures du matin pour terminer à 18 heures, soit 50 heures hebdomadaires. Pour un salaire de 150 dollars par semaine (95 euros) ou 3 dollars de l'heure (2 euros). 

"Les tâches ménagères, c'était super dur. Les chambres des quatre enfants étaient tout le temps en bazar. Et puis, ils ne nettoyaient pas. Quand je revenais du week-end, je trouvais du pipi et du caca tout séché dans le pot de la petite fille", se rappelle Daniela, qui travaillait dès 7 heures du matin pour un salaire de 85 euros par semaine. 

La voiture de la famille d\'accueil de Mallaury près de Washington (Etats-Unis). 
La voiture de la famille d'accueil de Mallaury près de Washington (Etats-Unis).  (DR)

A Washington, Mallaury doit, elle, lutter contre la saleté repoussante de ses hôtes. "Je travaillais plus de 45 heures par semaine, je gérais tout le linge de la famille et devais m'occuper de la voiture remplie de détritus." Pourquoi ne pas se rebeller tout de suite ? "On arrive dans un pays dont on ne connaît pas la langue, on se retrouve emprisonnée et on accepte tout." 

Je m'occupais même des chiens qui faisaient leurs besoins à l'intérieur de la maison.Mallaury, jeune fille au pair près de Washingtonà franceinfo

Des conditions de travail bien loin de celles qui régissent normalement la vie d'une jeune fille au pair. "Les tâches ménagères doivent rester légères et être en relation avec les enfants, comme ranger leur chambre, mais jamais ça ne peut être s'occuper du linge de la famille ou récurer les toilettes", rappelle Hélène Garnier, à la tête de l'agence Au Pair Séjours. Cette dernière a arrêté depuis un an de travailler en France et n'envoie plus que des jeunes femmes à l'étranger via des partenaires où tout est fait, selon elle, pour garantir la sécurité des "au pair". 

J'ai eu le cas d'une Indonésienne qui a été jetée pieds nus dans la rue par sa famille d'accueil car elle n'avait pas utilisé le bon ingrédient pour une recette de cuisine.Hélène Garnier, responsable de l'agence Au Pair Séjoursà franceinfo

"On a arrêté les placements en France à cause des cas de maltraitance", affirme Hélène Garnier. Sur la seule année 2017, elle assure avoir dû s'occuper de 91 "cas graves" de jeunes filles qui venaient la voir après avoir été maltraitées. En lançant plusieurs appels à témoignages sur des groupes Facebook, franceinfo a d'ailleurs reçu en moins de trois jours une vingtaine de récits préoccupants. "Le problème, c'est que les familles cherchent de la main-d'œuvre bon marché alors que les jeunes filles sont là pour l'échange culturel. Mais, je le répète, elles ne sont ni des femmes de ménage ni des assistantes maternelles", insiste Hélène Garnier. 

"Le père rentrait dans ma chambre en slip"

Les tâches ménagères ne sont malheureusement pas les seules difficultés rencontrées par les jeunes femmes. Loin de là. La relation avec les parents est souvent très compliquée, jusqu'à l'abus physique. "La mère a demandé à sa propre mère de venir me superviser pour les tâches ménagères. Quand je n'avais pas bien nettoyé une fenêtre, je devais toutes les refaire. Mais surtout, lorsque je n'allais pas assez vite, la grand-mère me poussait", raconte Pauline. Marie évolue, elle, dans une famille très aisée où les enfants dépensent chacun 1 000 dollars par semaine. Ce qui n'empêche pas les coups. "Ils ont commencé à me frapper, à me donner des coups de poing, et le père trouvait ça normal", relate Marie. 

Même expérience pour Maria*, une étudiante vénézuélienne de 28 ans arrivée en France en juin 2015. Dans sa deuxième famille d'accueil à Bordeaux, les trois enfants lui "jettent des objets", lui "donnent des coups de pied" et la "griffent". Le tout sous les yeux de la maman qui "trouvait ça drôle de se moquer de la jeune fille au pair".

La jeune femme a également échappé au pire dans sa première famille, elle aussi située à Bordeaux. "C'était un père divorcé avec un petit garçon de 8 ans. Je n'avais pas de contrat et n'étais pas déclarée. Le père voulait que j'habite chez lui." Maria s'installe dans son appartement, mais "ne s'occupe pas du tout du petit garçon". Elle commence par faire le ménage, repasse les caleçons de son hôte. Puis, les choses dérapent. "Il rentrait dans ma chambre à n'importe quelle heure sans me demander la permission et se baladait en slip devant moi." Un jour, il lui demande de contacter la jeune fille au pair qui occupait sa place juste avant elle. 

Elle m'a dit : 'Il faut être sage avec lui, faire ce qu'il dit car il va t'aider et te donner de l'argent.'Maria, jeune fille au pair vénézuélienne en Franceà franceinfo

Maria part avant que les choses ne s'enveniment, seulement deux semaines après son arrivée. Victoria a vécu un événement similaire. "Le mari était très malsain, il était trop gentil avec moi, il me parlait de ses relations sexuelles, j'ai dû mettre les points sur les 'i'", relate-t-elle, persuadée que si son petit ami n'avait pas été présent, "ça aurait pu très mal se passer"

"Je n'en pouvais plus"

Face à ces situations, la plupart de ces jeunes femmes ont décidé de partir rapidement de leur famille d'accueil. "J'ai d'abord expliqué à la maman que je ne pouvais pas travailler pour 3 dollars de l'heure. Soit elle me donnait plus d'argent, soit je travaillais moins", se souvient Pauline. La réaction est immédiate : "Elle m'a traitée d'ingrate, m'a dit que c'était une faveur de me donner du travail." Elles conviennent finalement de ne faire travailler Pauline que les matinées. L'arrangement dure deux jours. "Elle m'a dit : 'Ce n'est pas la peine de revenir demain, tu m'as déçue et tu as trahi ma confiance.'" 

Pour Mallaury, tout va très vite. "Un jour, j'ai crié sur un jumeau qui venait de sauter sur le linge et de tout renverser. Le père a déboulé, et je me suis rendu compte qu'il me filmait à mon insu", se remémore-t-elle. Le père se met à lui hurler dessus. 

Il me dit : 'Avec ton anglais de merde, tu ne trouveras aucune famille. On ne veut plus de toi.'Mallaury, jeune fille au pair près de Washingtonà franceinfo

Sans domicile, la jeune femme passe quinze jours chez sa référente avant de trouver deux autres familles qui seront, elles, "géniales". Elle restera deux ans aux Etats-Unis. Daniela trouvera également une famille bienveillante.

D'autres acceptent néanmoins parfois le pire pour ne pas se retrouver à la rue. Maria vit six mois dans une famille qui la loge, raconte-t-elle, dans un minuscule studio infesté de rats et de souris. "Je suis restée car je n'avais pas le choix", dit-elle. Ses ressources sont très limitées : elle ne reçoit que 300 euros par mois pour 40 heures de travail hebdomadaire. A bout de forces, elle jette l'éponge. "J'ai décidé de ne plus être fille au pair car je n'en pouvais plus", souffle-t-elle. Elle travaille désormais pour une grande chaîne de restauration rapide. "C'est dur de faire ça, mais c'est mille fois mieux que de travailler pour une famille."

* Les prénoms ont été modifiés à la demande des intervenantes.