Chirurgie ambulatoire : à développer ?

a revoir

Diffusé le 17/09/2013Durée : 00h41

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Principale proposition : développer les soins ambulatoires. En France, trop de patients passeraient la nuit a l'hôpital pour des actes chirurgicaux qui ne le justifient pas.

On va aller au bloc.

Au bloc pour une opération assez banale, une hernie inguinale, un bout d'intestin qu'il faut remettre en place. Particularité : ce patient arrivé ce matin quittera l'hôpital dès cet après-midi. A Saint-Joseph, six opérations de hernie sur dix se font en chirurgie ambulatoire.

On ne met pas en jeu la sécurité du patient en le faisant rentrer chez lui, il est donc inutile de le garder à l'hôpital.

Et tout le monde y gagne, le patient comme la Sécurité sociale. En hospitalisation classique, l'intervention coûte 2.854 euros, économie : 1136 euros. Pourtant la France a beaucoup de retard dans cette pratique. Seules quatre opérations sur dix sont réalisées en ambulatoire, presque deux fois moins qu'au Danemark ou en Suède. L'explication est culturelle, médecins et malades auraient un peu peur du changement.

Il faut commencer à persuader les chirurgiens que c'est sûr, leur donner les moyens de développer ça et un vrai travail pédagogique auprès des patients car rentrer chez soi le soir, ça peut au début faire peur.

Car le risque est calculé. le malade ne doit pas rester seul a son domicile la première nuit même s'il est en pleine forme.

Comment vous sentez-vous ? Parfaitement bien.

Pour le moment, la chirurgie ambulatoire se pratique surtout sur les hernies, la cataracte, le ménisque ou les varices. D'autres pathologies devraient bientôt être concernées.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==