Cet article date de plus de neuf ans.

Cambodge : Koh Ker, l'ancienne cité

Publié
Durée de la vidéo : 40 min
Ce replay n'est plus disponible.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Direction maintenant une capitale oubliée. Vous avez sans doute entendu parler des temples d'Angkor au Cambodge, premier site touristique du pays. Un autre site de la culture khmer, beaucoup moins connu mais tout aussi majestueux, est aujourd'hui facilement accessible. Il s'agit de la Cité de Koh Ker.

Ce n'est ni le Mexique ni l'Egypte, nous sommes au Cambodge. Sur un site quasi inconnu du grand public mais grandiose, voire magique. Cette pyramide est le temple royal de Koh Ker, éphémère capitale des anciens Khmers, à 100 km d'Angkor, une capitale d'un grand roi qui régna au Xe siècle. Il voulait une ville pouvant rivaliser avec Angkor. Parti avec 9.000 ouvriers, il fait bâtir une centaine de temples surtout dédiés au dieu hindou Shiva qui prône la destruction du monde ancien pour un monde meilleur. Son successeur pourtant retournera à Angkor. Les temples raffinés de Koh Ker furent oubliés pendant près de mille ans dans une jungle profonde. Redécouverts au XIXe siècle, par des militaires français, et depuis lors, quasiment oubliés à nouveau.

C'est comme au moment de la découverte du découverte du site. Les pierres sont comme elles étaient, où elles étaient. Nous n'avons touché à rien.

C'est le charme de Koh Ker. Il n'y a que 12.000 touristes étrangers par an, 33 par jour en moyenne. Cela n'a pas eu que des avantages: Koh Ker a été pillée. On voit partout des sculptures "découpées". Ces éléphants et le lion sont les seules subsistant qur le site.

Il y avait une centaine de statues géantes, bien sculptées. Malheureusement, beaucoup on disparu pendant la guerre civile. Une grande partie se trouve aussi dans les musées des Etats-Unis.

Deux statues ont déjà été restituées par le Metropolitan Museum de New York. Le Cambodge voudrait toutes les récupérer. A Koh Ker, il n'y a qu'une maison d'hôte, pas d'hôtel. Cela ne durera pas, un jour, un promoteur se rendra compte de la magie des lieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.