Bals populaires, une France d'un autre temps

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 11/07/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Avec la mort d'Andre Verchuren, c'est aussi une certaine France qui disparaît un peu : celle des guinguettes, des fêtes de famille. Signe du destin : il s'est éteint en plein Tour de France. Le Tour de France où il a laissé de bons souvenirs. Il avait même consacré l'intégralité d'un album a la Grande boucle. Et ce matin, au départ de l'étape, tout le monde était un peu orphelin.

En signant des autographes sur le village départ du Tour de France, Raymond Poulidor était ailleurs.

Poulidor perd de plus en plus de terrain. Il serre les dents.

L'ancien champion a bien connu André Verchuren, qui lui a consacré cette chanson en 1972.

On a passe de nombreuses soirées ensemble. Et il me disait avoir deux photos sur mon bureau, l'une de De Gaulle, l'autre de Poulidor.

Quand tu le vois, tu vois bien qu'il court sur mobylette.

Speaker du Tour de France depuis 40 ans, Daniel Mangeas appréciait cet amoureux du Tour. Il ne participait pas directement a la caravane mais a joué un rôle dans le développement du cyclisme.

Il a permis l'organisation de course cycliste. Il n'y avait pas de sponsoring à l'époque. Ses bals attiraient beaucoup de monde.

Pour les plus de 60 ans, très nombreux sur les villages de départ, le nom de Verchuren évoque ce bon temps.

On avait un esprit de fête qu'on a perdu.

J'ai dansé avec mon épouse.

Yvete Horner se dit très affecté par la disparition du musicien. Les anciens vainqueurs ont une pensée pour lui.

A 90 ans, il jouait touours comme à 20 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==