Bac 2024 : quatre conseils pour aborder sereinement la dernière ligne droite avant les épreuves

Article rédigé par Lucie Beaugé
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min
Des élèves pendant l'épreuve de philosophie du bac dans un lycée de Valence (Drôme), le 15 juin 2022. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)
Le marathon du bac commence mardi pour les élèves de terminale générale et technologique. Des spécialistes donnent leurs conseils pour gérer le stress et les dernières révisions.

Le top départ du bac sera donné mardi 18 juin, avec l'épreuve de philosophie. Selon les chiffres du ministère de l'Education nationale, plus de 540 000 candidats de la filière générale et technologique plancheront sur Aristote, René Descartes, ou encore Jean-Jacques Rousseau. Ces élèves et candidats libres passeront ensuite les épreuves écrites de spécialités du 19 au 21 juin, puis le grand oral entre le 24 juin et le 3 juillet. A trois jours du début de ce marathon, comment aborder l'examen et gérer son stress ? Franceinfo a posé la question à une professeure, une psychopraticienne et un champion de la mémoire. Voici leurs conseils.

Faire un bilan des apprentissages

Si vous avez travaillé tout au long de l'année, rien ne sert de s'embuer l'esprit.  "Il est trop tard pour révolutionner ses révisions du bac, cela reste un travail de longue haleine", rappelle Cécile Cheron, professeure d'anglais au lycée Providence Sainte-Thérèse à Rouen (Seine-Maritime). Mais si vous avez du retard dans vos révisions, il existe de petits tuyaux pour valoriser votre copie. L'enseignante conseille par exemple de se concentrer sur les définitions et les citations, en particulier pour l'épreuve de philosophie. Vous pouvez vous exercer avec des quiz, comme le propose la plateforme éducative Lumni.

Pour les élèves qui ont peu travaillé, comme pour ceux qui ont appris, mais sont stressés, Sébastien Martinez, champion de France de la mémoire en 2015 et auteur du livre Les champions de la mémoire (éditions Premier Parallèle), recommande de prendre une feuille et de dresser un tableau. "On réserve une colonne pour les chapitres de la matière, une autre pour noter son niveau de maîtrise", détaille-t-il. Une manière de se rassurer, ou bien de savoir quelles sont vos lacunes et donc vos priorités de travail pour le week-end. Parce que le temps presse, le champion de la mémoire conseille de se trouver des moyens mnémotechniques. Par exemple : se raconter une histoire dans laquelle on glisse la date à retenir, trouver des rimes, ou encore apprendre en chanson. 

Au-delà des connaissances pures, il est important de faire un point sur la méthodologie des épreuves. "On peut se tester en faisant des suppositions sur les étapes de la dissertation, puis lire des annales" pour comprendre la mise en pratique, illustre Sébastien Martinez.

Accepter son stress

Il faut avant tout "distinguer le trac du stress", estime Emmanuelle Piquet, psychopraticienne et fondatrice des centres pour enfants A 180 degrés. Le trac, qui désigne, selon le Larousse, "la peur irraisonnée que quelqu'un éprouve au moment de paraître en public ou de subir une épreuve", "est moteur, selon Emmanuelle Piquet. C'est ce qui fait qu'on donne le meilleur de soi-même. Le stress, lui, peut devenir très paralysant". Paradoxalement, tenter de vous rassurer à tout prix peut augmenter votre stress.

"Cette peur a des vertus, il faut l'accepter. La nier, c'est risquer de la voir resurgir encore plus violemment."

Emmanuelle Piquet, psychopraticienne

à franceinfo

En conséquence, la psychopraticienne conseille aux élèves angoissés de s'imaginer une fois par jour, le temps de quelques minutes, "ce qui pourrait se passer", en cas d'échec à l'examen. Cela permet, selon elle, d'éviter d'être totalement submergé le jour J.

Si le stress monte quand même une fois devant votre copie, elle suggère de retourner votre feuille et de prendre quelques minutes pour faire autre chose, comme dessiner. "Ce n'est pas du temps perdu, parce qu'on se réaligne. L'élève n'est plus en train d'essayer de se forcer à obtenir quelque chose vainement", explique-t-elle. Sébastien Martinez suggère de désacraliser, du mieux que possible, les retombées de l'examen. "Dans tous les cas, vous sortirez de là en ayant beaucoup appris sur vous-même", souligne-t-il.

    S'aérer l'esprit et le corps

    Profitez aussi des dernières heures pour lever le nez des cahiers. "Cela peut consister à regarder une bonne série, passer du temps avec des amis, ou pratiquer une activité sportive", propose Cécile Cheron. Un dernier conseil partagé par Sébastien Martinez, pour qui "se mettre en mouvement" est le meilleur moyen de s'aérer l'esprit. "Evitez de tester un sport pour la première fois, dans lequel vous aurez plus de chance de vous blesser", prévient-il cependant.

    Mettre en place une routine

    Enfin, il est important de vous mettre dans de bonnes conditions d'ici au jour J. Idéalement, cela passe par l'arrêt des écrans "deux ou trois heures" avant la nuit, suggère Sébastien Martinez, pour un sommeil le plus réparateur possible. Il préconise également de se lever et de se coucher tôt, aux mêmes heures que vous le ferez pendant le bac. La veille d'une épreuve, il est préférable de manger léger. Vous pouvez également relire une dernière fois votre cours pour vous rassurer, mais, selon Cécile Cheron, "la portée sera plus symbolique qu'éducative".

    Soyez les premiers informés des résultats officiels du BAC

    toutes les dates et actualités

    Commentaires

    Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.