Artisanat : une vitrine internet pour de meilleures ventes

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 12/02/2014Durée : 00h38

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au coeur de Limoges, la maison Beyssac vend des chapeaux de père en fils depuis près de 60 ans.

On le casse un petit peu devant.

Depuis trois ans, le patron vend aussi ces bérets sur Internet.

La vente en magasin ne suffit pas.

Ça pourrait suffir mais c'est pour étendre nos ventes. Pour donner de l'envergure au béret et le vendre dans le monde entier. Oui, ça vous va très bien.

Entre midi et deux heures quand son magasin ferme, il s'occupe de sa boutique en ligne. Sa page web lui a coûté 10.000 euros. Il paie en plus 450 euros par mois à un moteur de recherche pour apparaître en priorité quand on tape ces mots-clés.

C'est une vitrine, plus on apparaît tôt, plus on est vu et plus on a de chance de vendre. On apparaît en 2e donc on a un visuel tout de suite pour les clients.

Il a rentabilisé son site en un an et demi grâce à quatre commandes internet par jour en moyenne.

On pensait vendre en priorité en France, et puis on vend partout dans le monde.

Il les vend aux Etats-Unis, en Australie ou à Londres. Ces Anglais amoureux de la France se protègent du crachin avec leur béret.

C'est imperméable et joli.

39 euros pièce en ligne, et 15 euros de livraison.

L'authentique béret est difficile à trouver ici.

En France, cette petite boutique de souliers se lance sur Internet. Le e-commerce est-il devenu indispensable pour les enseignes de centre-ville ? En France, seule une boutique sur 10 a un site Internet qui lui permet de vendre ses produits en ligne. C'est baucoup moins qu'en Allemagne ou en Grande-Bretagne. La vente sur Internet est parfois compliquée. Le gérant de cette droguerie vend des produits d'entretien d'autrefois difficiles à trouver en grande surface. 20.000 articles qu'il a référencés sur le site de la boutique. Un an de travail.

On a une forte demande sur ce produit là.

Le patron a embauché ce spécialiste informatique, 2.000 E par mois. C'est le prix à payer: question de survie.

Il y a d'autres enseignes qui se sont mises sur le marché. De très gros sites de distribution, c'est pour ça qu'on s'est lancé.

A Limoges, un conseiller numérique a même été nommé pour aider les commerçants. Il a rendez-vous avec la responsable de cette boutique de lingerie.

Je voudrais montrer mes articles: la grandeur, la qualité, la taille.

En moyenne, il faut 6 mois a un petit commerçant pour créer son site de vente en ligne. Tous sont unanimes: un site web booste les ventes.

Le JT
Les autres sujets du JT