Antibes : à la découverte du delphinarium

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 26/07/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

C'est un espace de 25 hectares au bord de la Méditerranée. Notre immersion nous emmène ce soir à Antibes, dans les coulisses du delphinarium. Fondé en 1970, le parc d'attractions aquatiques attire chaque année 1,3 million de visiteurs. Le spectacle est minutieusement réglé par toute une équipe.

Quand les soigneurs arrivent au Marineland. Tout est encore calme. Les animaux se reveillent. Pour ceux qui ne tètent pas, les soigneurs préparent les petits déjeuner. Au menu : poisson.

Aujourd'hui, elle va avoir ses 35 kilos de poisson.

Un régime sur-mesure selon les températures ou la santé pour ses géants surveillés de très près. C'est le premier contact qui commence par l'observation. Les soigneurs ne sont jamais seuls par mesure de sécurité. Ce matin, tout va bien. Nicolas s'occupe de Valentin. Un jeune mâle.

Coucou. Ça va.

Avant de manger, il va le peser. Par ce geste, il lui demande de monter. plus de 3 tonnes pour 6 mètres de long. Une masse qui pourrait le noyer en cas d'accident. Lui le considère comme son chien ou son chat.

Je vais le carresser, lui montrer que je suis content d'être là. Pour établir un contact avec lui ce matin. Voir s'il est de bonne humeur. S'il a envie de jouer. Là, ça à l'air d'être une bonne journée. Il a envie de jouer avec moi. C'est super ça va bien se passer. Tu fais un bisou ? Bravo.

Katia retrouve Nalla, une jeune femelle dauphin de 3 ans. Également de très bonne humeur. Ce matin, elle va faire des exercices.

Ok, dernier.

Apprendre les sauts perilleux.

Peut-être tout simplement tu me la pointes sur la cible. Quelle énergie.

Quand la dauphine est concentrée sur la cible, la soigneuse va la monter et tourner. L'animal suit le geste.

Et hop, un premier saut périlleux.

10 heures, le parc ouvre au public. 10.000 visiteurs se pressent ici chaques jours pendant les vacances. Les plus rapides, les premiers arrives au bassin des orques assistent à un étrange spectacle, la fin des soins. Nicolas maintient la maman de Valentin avec des sangles pendant que le vétérinaire va faire une échographie. Ces orques sont tous nés en captivité. Il est interdit d'en capturer dans la nature. Pour la survie du parc, il faut qu'ils donnent naissance à de nouveaux bébés. On suit leur cycle de très près.

Tu suis un petit avec les échographies, tu suis la mère, on devient tous un peu papa de ces petits. On se fait du souci. Est-ce que tout va bien ? A la fin, la naissance, le petit émerge, prend son premier souffle, c'est magique.

Pour elle, c'est encore un peu tôt. Elle n'a pas ses chaleurs. Du côté des manchots, la reproduction a commencé.

Ils défendent le nid. Ils pondent généralement jusqu'à deux oeufs. On les laisse prendre les deux oeufs, puis, on les prélève, avant de les mettre dans une couveuse.

Il y en a d'autres que les soigneurs préfèrent ne pas approcher. Ce jour-là, elle n'a pas le choix et doit y aller.

Je vais dans le bassin pour nettoyer les vitres.

Vous n'avez pas peur avant d'entrer dans le bassin des requins.

Il faut toujours avoir une petite appréhension, mais on a l'habitude.

Les règles sont simples : ne pas s'approcher trop près des requins, longer les parois et rester plutôt au fond. D'un naturel méfiant, les poissons vont en fait l'éviter. La scène se déroule sous les yeux des visiteurs, qui, fascinés par les dents des squales, la remarquent à peine. Ce qui captive le plus, ce sont les dauphins. Certains vont avoir le privilège de les approcher de très près.

Ce sont des animaux super intelligents qui nous reconnaissent. Ils ne vont pas être très à l'aise si vous les touchez partout. Vous pouvez les carresser au niveau de la tête.

Le dauphin peut donner des coups et devenir agressif. Annie évite ses narines au sommet de son crâne, et se laisse attendrir par cet animal qui la fascinait enfant.

C'est un cadeau d'anniversaire.

Tous découvrent la douceur de cette peau caoutchouteuse.

Un dernier geste avant de se quitter.

Un, deux, trois.

Nicolas se prépare pour le spectacle des orques. Selon l'humeur de chaque animal, le spectacle change.

35 minutes de spectacle, trois fois par jour.

Toute l'équipe des soigneurs vous salue.

Quand le parc se vide, Nicolas laisse jouer Valentin et les autres orques. Ils seront au repos total, seuls, jusqu'au lendemain matin.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==