Réseaux sociaux : que valent les "experts en communication animale" ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
De plus en plus de propriétaires d’animaux ont recours à des experts en communication animale pour les guérir de leurs maux. Mais sont-ils vraiment fiables ?
Réseaux sociaux : que valent les "experts en communication animale" ? De plus en plus de propriétaires d’animaux ont recours à des experts en communication animale pour les guérir de leurs maux. Mais sont-ils vraiment fiables ? (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
De plus en plus de propriétaires d’animaux ont recours à des experts en communication animale pour les guérir de leurs maux. Mais sont-ils vraiment fiables ?

Sur les réseaux sociaux, les vidéos de prétendues expertes en communication animale explosent depuis bientôt un an. Selon elle, l’animal arriverait à leur transmettre leurs pensées et leurs émotions. Cette nouvelle technique attire de plus en plus d’amoureux des animaux. Corinne Dupeyrat, ancienne architecte, s’est reconvertie dans la pratique il y a quelques années. Elle consulte la photo d'Oscar, le chien de l’un membre de l’équipe de Vrai ou faux, qui pleure lors de trajet en voiture. Elle retranscrit en direct les messages qu’elle dit recevoir de l’animal. 

Des pratiques dénoncées par de nombreux vétérinaires 


Concernant ses pleurs, elle dit ressentir physiquement les sensations de l’animal et en conclut qu'Oscar souffrirait du mal des transports. Le diagnostic semble évident, et ne pas nécessiter de communiquer avec l’animal. La séance est facturée 155 euros. Il est certain qu’un animal peut ressentir des émotions


De nombreuses études menées par des chercheurs ont prouvé que le chien pouvait ressentir de la jalousie, de l’anxiété ou du stress. En revanche, la faculté de communiquer par la pensée avec un animal est une croyance qui ne s’appuie sur aucune recherche scientifique. De nombreux vétérinaires s’inquiètent du succès de la pratique auprès de nombreux propriétaires. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.