Le mammouth sur le point de devenir une espèce protégée, 4 000 ans après son extinction ?

Les éléphants sont menacés en raison du bracconage et du commerce illégale de l'ivoire de leurs défenses, or il est légal d'importer et d'exporter des défenses de mammouths. 

Des mammouths laineux reconstitués sur ordinateur, le 3 janvier 2013.
Des mammouths laineux reconstitués sur ordinateur, le 3 janvier 2013. (LCL / AFP)

Quel intérêt de protéger une espèce qui s'est déjà éteinte ? Les 182 pays signataires de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), rassemblés en septembre à Johannesbourg, en Afrique du Sud, doivent voter pour acter l'inscription du mammouth à la liste des espèces protégées, rapporte The Independent, samedi 3 septembre.

Pourquoi ? Pour protéger des animaux encore bien vivants : les éléphants.

Des défenses d'éléphants mélangées avec des défenses de mammouths

Depuis que la fonte du permafrost en Sibérie a mis au jour des millions de carcasses de mammouth, le commerce de leur défense bat son plein, explique The Independent. Or, certains vendeurs en profitent pour faire passer illégalement de l'ivoire d'éléphant, en prétendant que l'ivoire provient de l'espèce éteinte. 

"Vous pouvez vendre une défense de mammouth et la transporter sans aucun document, donc il est très facile d'en importer et d'un exporter", déplore Iris Ho, de Humane society international, citée par le quotidien britannique. "Donc les vendeurs mélangent des défenses d'éléphants et de mammouths dans le même conteneur pour faire passer de l'ivoire d'éléphant, illégale, avec l'ivoire de mammouth, légale." Pour les douaniers qui intercepteraient ces cargaisons, difficile de faire le tri.

Si le mammouth était inscrit à la liste des espèces menacées, les autorités pourraient davantage lutter contre ce commerce, poursuit le quotidien britannique. Ce serait la première fois qu'une espèce éteinte depuis tant d'années (4 000 ans, quand même) figurerait sur cette liste. 

Aucun animal éteint depuis tant d'années n'avaient fait l'objet d'une telle mention, rappelle The Independent. 

Les pays du CITES veulent donc agir en inscrivant le mammouth à la liste des espèces menacées, au côté de l'éléphant. Dans les savanes africaines, leurs populations ont diminué de 30% en sept ans, en raison du braconnage, une activité illégale motivée par le prix de l'ivoire.