"Ils sont terrorisés quand ils les voient arriver" : à Marseille, des furets pour lutter contre la prolifération des rats

À l'instar d'autres villes comme Toulouse, Clichy-la-Garenne, Gennevilliers ou Vitry-sur-Seine, Marseille utilise des furets pour chasser les rats qui prolifèrent dans les rues et parcs publics.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Alexandre Raynal, éleveur de furets, tient dans ses mains l'un de ses chasseurs de rats lors d'une opération de dératisation à Toulouse, le 1er décembre 2021. (NATHALIE SAINT-AFFRE / MAXPPP)

C'est un sujet qui préoccupe depuis longtemps les Marseillais : la prolifération des rats. "C'est horrible, quand vous sortez dans la rue, vous avez des rats. Et quand vous sortez le chien, il a peur des rats tellement ils sont gros. Ce sont de grosses bêtes, c'est impressionnant. Et il y en a partout !", témoigne un habitant. "On les voit cavaler, ajoute une Marseillaise. A côté, il y a un entrepôt où ils préparent la pâte à pizza : ça les attire... On dirait des chats ! Il y en a ici à Marseille, mais un Parisien pourra vous le dire autant que moi."

Des dispositifs de dératisation existent, bien sûr, mais toutes les idées sont bonnes à prendre, comme le furet, petit animal qui a la particularité d'effrayer les rats. Traditionnellement élevés pour leur fourrure, ces petites bêtes auront la lourde tâche de chasser les nuisibles des parcs publics. Des villes comme Toulouse, Clichy-la-Garenne, Gennevilliers ou encore Vitry-sur-Seine utilisent déjà cette méthode.  

Le rat est capturé dans un filet et euthanasié

"Les rats ont très peur des furets, explique ainsi Aïcha Guedjali, conseillère municipale en charge des nuisibles. Ils sont terrorisés quand ils voient arriver le furet. L'éleveur pose des filets sur le périmètre qu'il aura identifié : le rat est capturé puis euthanasié. Cela permet d'utiliser le moins possible de produits chimiques. Il faut des techniques plus vertueuses pour l'environnement et tendre vers cela."

Plusieurs furet vont donc arriver dans les prochains jours, originaires d'un élevage du Gers, propriété d'Alexandre Raynal.

"Il y aura à peu près sept ou huit furets qui interviendront sur la ville de Marseille : Mûre, Prune, Blanco..."

Alexandre Raynal, éleveur de furets

à franceinfo

Jusqu'à présent, les résultats sont concluants : "Sur Toulouse, poursuit Alexandre Raynal, on a attrapé 63 rats en une demi-heure, pour vous donner un chiffre. Quand il y a vraiment une grande infestation, c'est très concluant." Les furets d'Alexandre Raynal sont d'ailleurs très demandés : ils iront bientôt à Montreuil, Vincennes, Limoges et même dans les outre-mer.

A Marseille, des furets contre les rats : reportage de Hugo Charpentier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.