En fait, les derniers chevaux sauvages sur Terre n'en étaient pas

Des chercheurs ont analysé l'ADN des chevaux de Przewalski. Ils ont conclu qu'il descendaient des chevaux de Botai, les équidés domestiqués connus les plus anciens.

Des chevaux de Przewalski, le 22 juin 2017 à Bulgan (Mongolie).
Des chevaux de Przewalski, le 22 juin 2017 à Bulgan (Mongolie). (DAVID W CERNY / REUTERS)

Il n'existe plus de chevaux sauvages sur Terre. C'est la "triste" nouvelle annoncée jeudi 22 février par les auteurs d'une nouvelle analyse ADN qui redessine l'arbre généalogique de la famille de ces équidés. Il s'est avéré que ceux que l'on croyait être les derniers chevaux à l'état sauvage de notre planète – les chevaux de Przewalski – étaient en réalité des animaux domestiqués ayant échappé à leurs propriétaires, selon cette étude publiée dans la revue Science (en anglais).

"C'était une énorme surprise", a confié Sandra Olsen, co-auteure de l'étude et conservatrice à l'institut de la biodiversité et du musée d'histoire naturelle de l'université du Kansas. "Cela signifie qu'il n'y a plus de chevaux sauvages sur Terre – et c'est ça qui est triste", s'est-elle désolée. L'étude se base sur des recherches archéologiques menées sur deux sites au nord du Kazakhstan, Botai and Krasnyi Yar, où les scientifiques ont découvert des preuves d'une domestication du cheval datant d'il y a plus de 5 000 ans.

Une espèce menacée

Les chercheurs internationaux ont séquencé les génomes de 20 chevaux de Botai, en utilisant notamment des dents et des os exhumés sur les sites. En les comparant à des génomes déjà connus de chevaux modernes et anciens, les scientifiques ont découvert que les équidés de Przewalski descendaient en réalité des chevaux de Botai, les équidés domestiqués connus les plus anciens.

Pour Beth Shapiro, professeure d'écologie et de biologie évolutive à l'université de Californie de Santa Cruz, cette découverte ne doit pas changer le statut de ces chevaux. "Nous devrions continuer à protéger les chevaux de Przewalski comme une population de chevaux sauvages", estime cette chercheuse qui n'a pas participé à l'étude. L'équidé de Przewalski est une espèce menacée selon l'Union internationale pour la conservation de la nature.