"Ce comportement s'inscrit dans un mécanisme de survie" : au zoo de Berlin, un couple de manchots mâles adopte un œuf

Les deux oiseaux sont arrivés dans le zoo de la capitale allemande en avril et ont, depuis, montré qu'ils voulaient être parents, puisqu'ils couvent désormais un œuf. Yvon Le Maho, spécialiste des manchots, nous décrypte ce comportement.

Skipper et Ping, un couple de manchots mâles du zoo de Berlin (Allemagne), le 15 août 2019. 
Skipper et Ping, un couple de manchots mâles du zoo de Berlin (Allemagne), le 15 août 2019.  (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Skipper et Ping, deux mâles âgés de 10 ans, vont peut-être bientôt devenir parents. Depuis leur arrivée au zoo de Berlin en avril, ce couple de manchots royaux a été à plusieurs reprises observé en train de couver une pierre. Alors quand le personnel du parc a présenté au couple un œuf, les manchots n'ont pas hésité une seconde : ils l'ont immédiatement adopté. Cet œuf, potentiellement fécondé, aurait été abandonné au mois de juillet par une femelle manchot, d'après les informations données par le zoo de Berlin.

Pour comprendre ce comportement, franceinfo a interrogé Yvon Le Maho, membre de l’Académie des sciences et expert des manchots royaux et des manchots empereurs.

L'adoption d'œuf concerne aussi bien les manchots mâles que femelles, qu'ils soient en couple ou non. Ce phénomène a déjà été observé dans la nature, indique d'emblée le spécialiste. "Chez les manchots empereurs notamment, les individus qui ne sont pas en couple se battent pour récupérer des œufs. C'est un comportement lié à la frustration et à une poussée d’hormones –probablement prolactines– qui favorise l’instinct parental", explique Yvon Le Maho. Dans ces conditions, dans la nature comme dans les zoos, il arrive que deux mâles récupèrent un œuf et le couvent ensemble, exactement comme un couple mâle-femelle. 

Autre phénomène : le kidnapping de poussins

L'expert, qui travaille depuis plusieurs années sur l'espèce à l’Ile de la Possession, dans l’archipel Crozet (Terres australes et antarctiques françaises), souligne que ce phénomène d’adoption permet de sauver la vie de nombreux poussins. Mais il existe également un phénomène de kidnapping de poussins. Objectif : assurer la survie de l'espèce. "Comme pour l'adoption d'œuf, c'est un comportement qui s'inscrit dans le cadre d'un mécanisme de survie. Le manchot peut également se mettre à nourrir des poussins dont il n'est pas le parent, c'est ce que l'on appelle le nourrissage alloparental", poursuit Yvon Le Maho. 

Fascinants, les manchots empereurs et royaux sont les seuls parmi les 17 espèces de manchots à ne pas avoir de nid et à couver leurs œufs sur leurs pattes. A l'instar de Ping et Skipper qui couvaient une pierre, il arrive que l’on observe des manchots royaux avec un caillou sur les pattes ou un manchot empereur avec un morceau de glace. "On pense que ce sont soit des jeunes couveurs inexpérimentés, soit des couveurs qui, après avoir perdu leur œuf, sont restés très motivés sous la pression hormonale", explique Yvon Le Maho.