Mort du fils de Cécil le lion tué par un braconnier

Deux ans après son père Cecil, le lion Xanda a lui aussi été tué par un chasseur au Zimbabwe.

Voir la vidéo

La chasse au trophée a fait une nouvelle victime. Xanda, 6 ans, fils de Cécil, lui-même abattu en 2015 par un amateur de chasse, a été tué par un chasseur qui l’avait attiré hors du parc nationale Hwange, au Zimbabwe. Cette chasse était autorisée car Xanda venait d'avoir l'âge légale pour être abattu. 

« La chasse rapporte beaucoup »

En 2015, la mort de Cecil avait déclenché une polémique sur le « Trophy Hunting » . La pratique consiste à abattre un lion pour le garder comme un trophée. Un chasseur peut débourser entre 7 500 et 45 000 euro pour tuer un lion.

« Beaucoup de personnes ne comprennent pas pourquoi quelqu’un voudrait tuer un lion et je partage plutôt cette opinion. Mais la réalité c’est qu’un million et demi de kilomètres carrés de faune sauvage africaine est mis de côté pour la chasse et c’est un important bénéfice pour la préservation des espèces. Et bien sûr, la chasse rapporte beaucoup, autant que le tourisme photo » explique Andrew Loveridge chercheur du département de zoologie d’Oxford.

La chasse est autorisée dans 27 pays d’Afrique. Au Zimbabwe, la chasse représente un revenu de 14 millions d’euros par an. Pour Andrew Loveridge, c’est un revenu indispensable.
« Pour les politiciens africains, ils doivent justifier pourquoi ils veulent réserver ces terres pour les animaux plutôt que pour le gens. Sans l’argument des ressources financières, ils auraient du mal. »

Aujourd’hui, il reste 35 000 lions sur le continent africain.

Cecil le lion, le 21 octobre 2012, dans le parc national Hwange, au Zimbabwe.
Cecil le lion, le 21 octobre 2012, dans le parc national Hwange, au Zimbabwe. (ZIMBABWE NATIONAL PARKS / AFP)