VIDEO. L'association L214 dénonce l'abattage de vaches en gestation dans un abattoir de Limoges

Pour la première fois, un lanceur d'alerte s'est associé, à visage découvert, à la révélation d'images choc sur l'abattage des vaches en gestation. Cette pratique, controversée, est légale.

Une vache gestante est tuée à l\'abattoir municipal de Limoges (Haute-Vienne). L\'association de défense des animaux L214 a publié jeudi 3 novembre 2016 des images tournées dans l\'établissement pour dénoncer cette pratique.
Une vache gestante est tuée à l'abattoir municipal de Limoges (Haute-Vienne). L'association de défense des animaux L214 a publié jeudi 3 novembre 2016 des images tournées dans l'établissement pour dénoncer cette pratique. (L214 / YOUTUBE)

Attention, images insoutenables. L'association de défense des animaux L214 publie jeudi 3 novembre, en partenariat avec Le Monde, une vidéo montrant les conditions de mort de vaches en gestation dans le plus grand abattoir municipal de France, à Limoges (Haute-Vienne). Une pratique légale, mais que plusieurs pays européens cherchent à limiter.

Les images ont été tournées dans la partie de l'établissement où sont déchargés les viscères des animaux dont le ventre à été ouvert. Elles ont été tournées par Mauricio Garcia-Pereira, un employé de l'abattoir qui souhaite dénoncer des pratiques qu'il juge "affreuses et criminelles". C'est la première fois qu'un lanceur d'alerte choisit de témoigner à visage découvert.

Des fœtus de veau au milieu des boyaux

Dans la vidéo, on voit des employés ouvrir les animaux et en sortir des fœtus, parfois couverts de poils. Ils terminent, pour la majorité d'entre eux, à l'équarrissage, où sont traités les cadavres, au milieu des boyaux et des utérus bovins. 

Attention, la vidéo ci-dessous montre des scènes particulièrement violentes :

Dans un communiqué, l'association juge que "ces nouvelles images sont la preuve, s'il en fallait, que les abattoirs sont toujours des lieux de violence et de souffrances intenses pour les animaux". L'adjoint au maire de Limoges en charge de l'abattoir a refusé de répondre aux questions du Monde, rappelant uniquement que les pratiques visibles dans les images étaient légales.

L214 profite de cette vidéo choc pour lancer une pétition adressée au ministre de l'Agriculture. Elle demande d'interdire l'abattage de vaches gestantes, "au moins lors du dernier tiers de leur gestation", qui dure environ neuf mois.

Elle rappelle que l'Allemagne a soumis à la Commission européenne une initiative proposant d'interdire cette pratique. Nos voisins d'outre-Rhin, accompagnés du Danemark, des Pays-Bas et de la Suède ont également saisi l'Autorité européenne de sécurité des aliments à ce sujet.