Maltraitance animale : L214, l'association à l'origine des scandales

France 3 est partie à la rencontre de l'association L214, à l'origine d'une série de scandales sur la maltraitance animale dans les abattoirs.

Alès, Le Vigan ou encore Mauléon. L'association L214 n'a pas à rougir de son palmarès. À l'aide de caméras cachées, l'association a révélé au grand jour l'insoutenable maltraitance subie par les animaux dans certains abattoirs. Créée à Lyon en 2008, L214 compte 12 000 adhérents, contre à peine 4 000 l'an dernier. Les vidéos-chocs diffusées sur la toile sont devenues une arme de guerre redoutable. "A chaque fois qu'un lanceur d'alerte nous contacte, on part à sa rencontre", explique Sébastien Arsac, cofondateur de l'association.

600 000 euros de budget en 2015

L214 est financée exclusivement par les dons et s'interdit toute subvention publique. Du haut de ses 600 000 euros de budget en 2015, l'association pèse aujourd'hui dans le débat public. L214 revendique depuis toujours l'arrêt de consommation animale. "Si on prend en compte la sensibilité des animaux, on doit remettre en cause nos habitudes alimentaires", estime Sébastien Arsac. En dénonçant l'industrie, L214 cherche à faire culpabiliser les consommateurs et ne s'en cache pas. Mais entre bonne conscience et habitudes, bien peu d'entre eux renoncent à la viande. "Question de temps", assène l'association.
L\'entrée de l\'abattoir d\'Alès (Gard), le 15 octobre 2015.
L'entrée de l'abattoir d'Alès (Gard), le 15 octobre 2015. (PASCAL GUYOT / AFP)