Interdiction de la corrida : "Je crois que tout est possible", déclare Aymeric Caron dont la proposition de loi doit être débattue jeudi à l'Assemblée

Le texte sur la loi anti-corrida déposé par des députés "insoumis" et écologistes, et notamment porté par l'ancien journaliste Aymeric Caron, est débattu jeudi à l'Assemblée nationale. 

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Aymeric Caron, député la France insoumise, lors d'une manifestation anti-corrida à Paris, le 19 novembre 2022.  (JULIEN DE ROSA / AFP)

Il pense que rien n'est joué. "Je crois que tout est possible", déclare Aymeric Caron. Le député insoumis ne baisse pas les bras après le rejet de sa loi anti-corrida en commission. "Ce n'est effectivement pas le meilleur signal mais cela ne me refroidit absolument pas", assure-t-il. 

>>"On va défendre notre culture" : en Camargue, les passionnés de corrida craignent de voir disparaître leur "passion"

Le texte du député insoumis doit être débattu jeudi dans l'hémicycle, si le timing de la niche parlementaire de la France insoumise le permet. "Je pense qu'en commission il y a eu une mobilisation très forte des pro-corrida, analyse-t-il, mais ils ne sont pas forcément représentatifs des équilibres réels de cette Assemblée."

Il compte sur les indécis

D'après Aymeric Caron, le vote des députés indécis peut inverser la tendance, notamment ceux du RN et de la majorité qui sont tiraillés. "On m'a rapporté qu'il y avait des pressions qui étaient mises sur les députés Renaissance, affirme-t-il, qui allaient voter pour la loi, de manière à ce que éventuellement ils s'abstiennent." 

Pour contrebalancer ces pressions, le député de Paris s'est entretenu, selon nos informations, avec Aurore Bergé, après le vote en commission. La cheffe de file Renaissance est hostile à la corrida. Son argument : l'opinion publique. "Les Français ont compris que les députés pouvaient éventuellement refuser d'abolir la corrida, souligne Aymeric Caron, en raison de ce vote qui a été médiatisé. Il y a beaucoup de colère, je pense, chez les Français d'imaginer que la corrida pourrait encore perdurer dans le pays."

Pour toucher au cœur, l'ancien journaliste va jusqu'à citer la chanson de Francis Cabrel La corrida, dans sa proposition de loi. Le chanteur est un anti-corrida de la première heure.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.