En Seine-Maritime, de la balnéothérapie de luxe pour les chevaux de sport

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
En Seine-Maritime, de la balnéothérapie de luxe pour les chevaux de sport
Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo
France Télévisions

Soins aquatiques, relaxation ou massages aux algues : dans cette écurie de Saint-Martin-Osmonville, les chevaux sont chouchoutés. Une balnéothérapie complète aux objectifs sportifs mais aussi bien-être, voire même beauté. #IlsOntLaSolution

De la balnéothérapie... pour cheval. C’est le concept proposé par une écurie de Saint-Martin-Osmonville, entre Rouen et Dieppe. Dans une drôle de machine, Ryan, 17 ans, a les pattes plongées dans des remous d’eau salée. Une solution qui reproduit les bienfaits de l’eau de mer pour favoriser la récupération des jambes. Sur les plages du Calvados, la pratique est bien connue des entraîneurs, mais l’épaisse couche de galets du littoral de Seine-Maritime ne la permet pas. À en juger par son œil vif, le cheval a l’air d’apprécier.

Objectif sport et détente

L’objectif premier de ces séances : le sport. Suivi sportif, massages équins, stretching... les chevaux qui visitent ce centre sont traités comme de véritables athlètes. “Le principe de la récupération en suivi sportif, c’est d’éliminer un maximum les courbatures et les fatigues, donc d’éliminer les toxines et les déchets”, explique Lorie Sanchez, masseur équin. Et qui dit athlète dit traitement de luxe... Outre l’amélioration des performances, ce sont des prestations détente et même beauté qui sont offertes aux équidés, avec par exemple des soins à base d’algues et d’argile.

Ces services ont un prix. Pour offrir ce chouchoutage de luxe à votre animal, il vous faudra compter une centaine d’euros. En tout cas, ça cartonne. Face à la demande, de nouvelles prestations seront bientôt ajoutées à la carte, avec des séjours thalasso en formule “vacances”, “bien-être” ou “remise en forme”.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.