Des célébrités réclament la fin de la vente d'animaux en ligne et dans les animaleries

Rémi Gaillard, Nathalie Baye, Marilou Berry ou encore David Hallyday entendent ainsi lutter contre les abandons.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un chat abandonné dans un refuge de la SPA à Chamarande (Essonne), le 29 juillet 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

Lambert Wilson, Nathalie Baye, Jacques Dutronc… Une quinzaine de célébrités réclament l'interdiction de la vente d'animaux en ligne et dans les animaleries, dans une lettre ouverte publiée sur le site de l'association Peta, vendredi 13 août. Selon elles, cette mesure doit permettre de lutter contre l'abandon, alors que les refuges sont déjà saturés en plein cœur de l'été.

Ces acteurs, chanteurs et intellectuels, à l'image de Matthieu Ricard, attendent du gouvernement qu'il prenne "des mesures réellement efficaces pour lutter contre les abandons à la source" en "interdisant leur vente en magasin et en ligne, sur des sites comme Le Bon Coin", écrivent les signataires. Pour eux, le commerce d'animaux de compagnie "mène à une objectification de l'animal, mis au monde pour le profit et vendu comme une vulgaire marchandise, et à d'innombrables cas de négligence, maltraitance et abandons".

Quelque 7 700 animaux en attente à la SPA

La SPA avait déjà lancé début juillet un cri d'alarme face à l'accélération de l'abandon et la saturation de ses refuges avec 7 700 pensionnaires en attente d'un nouveau maître, soit leur capacité maximale d'accueil.

Les signataires – parmi lesquels figurent également Rémi Gaillard, Raphaël Mezrahi, Marilou Berry ou David Hallyday – estiment également qu'une des solutions les plus efficaces pour endiguer cette situation est la stérilisation des animaux de compagnie. Selon eux, "une chienne et sa progéniture non stérilisée peuvent mener à la naissance de 67 000 chiots en à peine six ans, et en sept ans, une chatte et ses petits peuvent engendrer le nombre astronomique de 370 000 chatons, dans un contexte où il y a déjà des milliers d'animaux adoptables, joueurs et affectueux attendant dans les refuges de France".

Quant à l'association Peta, elle vient de lancer une campagne appelant Le Bon Coin, premier site de petites annonces en France, à interdire la vente et le troc d'animaux sur sa plateforme, "une pratique qui engendre énormément de souffrances pour ces êtres sensibles et vulnérables".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.