À Perpignan, une dresseuse rééduque les chevaux anxieux ou maltraités

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
l'equitation ethologique
Article rédigé par
France Télévisions

Dans son ranch à Terrats, près de Perpignan, Célia Asnar accueille les chevaux agressifs, maltraités ou en rupture avec leurs propriétaires. Elle propose une méthode innovante qui englobe le cavalier pour rééduquer l'animal. #IlsOntLaSolution 

Célia Asnar est une mordue du cheval. Passionnée par les équidés depuis son enfance, cette cavalière confirmée les dresse mais surtout elle les rééduque quand ils posent des problèmes à leurs propriétaires. Ils peuvent ne plus vouloir être montés ou encore ne plus se laisser approcher par peur de l’homme, à la suite de maltraitances par exemple.

Cela s’appelle l’équitation éthologique. Elle propose cette spécialité dans son ranch à Terrats, dans les Pyrénées-Orientales. Une conception douce du dressage, dans le respect de l’animal. "Là, par exemple, on a un petit souci avec cette jument qui est très attachée à sa propriétaire, du coup on est en train de lui apprendre les codes pour qu’elle s’en détache un peu", explique Célia Asnar.

Ne plus considérer le cheval comme une simple monture

Une approche pour apprendre aussi au cavalier à faire corps avec l'animal. "Célia va beaucoup travailler sur mes chevaux mais aussi sur moi. Elle va apprendre à me canaliser aussi, parce que j’ai toujours peur de leur faire mal", explique Noémie, une jeune cavalière qui a beaucoup de mal à maîtriser sa monture. Un travail de patience pour réapprivoiser l’animal à son cavalier. "Elle se met dans la tête du cheval, elle a su me pousser dans mes retranchements. Si elle n’avait pas été là, aujourd’hui je m’amuserais pas autant avec ma monture", raconte Linda, propriétaire de Mabrouk.

Le chemin qui mène à l’harmonie entre le cheval et son propriétaire peut parfois être long. Les chevaux peuvent rester en pension ici pendant plusieurs semaines.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.