Vrai ou faux Les autorités israéliennes bloquent-elles l’aide humanitaire à Rafah ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
VRAI OU FAUX. Les autorités israéliennes bloquent-elles l’aide humanitaire à Rafah ? -
VRAI OU FAUX. Les autorités israéliennes bloquent-elles l’aide humanitaire à Rafah ? VRAI OU FAUX. Les autorités israéliennes bloquent-elles l’aide humanitaire à Rafah ? - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L. Augry, N. Carvalho, B. François, M. Simao
France Télévisions
Le 4 février dernier, des députés LFI ont dénoncé des blocages de l’aide humanitaire destinée à Gaza par Israël. Vrai, ou faux ?

En visite à la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza, à Rafah (Égypte), le 4 février dernier, des députés LFI ont dénoncé les blocages de l’aide humanitaire par Israël : "Des produits sont retournés en masse par Israël, sous prétexte qu’ils peuvent servir d’armes : coffre à jouets, bonbonne d’oxygène, générateur pouvant alimenter un hôpital." Sur les photos, on distingue des jouets pour enfants. Rapidement, certains internautes ont nié. Qui est vraiment responsable des produits retoqués à la frontière avec Gaza ? L’équipe de Vrai ou faux a contacté un membre du Croissant-Rouge, qui gère l’aide humanitaire qui transite depuis l’Égypte. 

 

"L’armée égyptienne passe les camions aux rayons X, pour vérifier qu’ils ne contiennent rien d’interdit. Ensuite, nous allons au point de contrôle israélien, où il y a aussi des contrôles par rayons X. Ensuite ils vident tous les camions et vérifient chaque palette", explique Mohammed Hassan, membre du Croissant-Rouge égyptien. Le contrôle est donc double. 

Possible de négocier selon Médecins sans Frontières

 

L’aide humanitaire arrive par l’aéroport El-Arich, en Égypte, puis est transportée en camion vers Rafah, où elle est scannée par rayons X par l’armée égyptienne. Les camions se présentent ensuite au point de contrôle israélien à Nitzana, avant de revenir à Rafah pour entrer dans Gaza. Lors des contrôles, si un seul objet pose un problème, le camion doit repasser par toutes les étapes de vérification. 

 

Selon Médecins sans Frontières, il est toutefois possible de négocier. "Par exemple, le chlore pour chlorer l’eau, ou le concentrateur d’oxygène pour produire de l’oxygène, si ces matériaux peuvent être utilisés à des fins martiales, ils sont révoqués. On a toutefois réussi à importer du chlore en expliquant que ce chlore était destiné à l’eau. Même si un cargo a été révoqué, (…) en réitérant la demande, ces marchandises sont passées", assure Michel-Olivier Lacharité, responsable des opérations d’urgence pour l’ONG. 

D’après une liste que s’est procuré l’équipe de Vrai ou faux, les contrôles israéliens refusent systématiquement les objets empaquetés dans du bois, d’où le renvoi des jouets pour enfants. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.