Désintox. Non, les supporters du FC Séville n'ont pas confondu Bucarest et Budapest.

Publié
Article rédigé par Désintox - Arte
France Télévisions
Au lendemain de la finale de Ligue Europa qui a opposé le FC Séville à l’AS Rome à Budapest en Hongrie, de nombreux médias étrangers ou francophones ont rapporté la mésaventure de 300 supporters de Séville...

Au lendemain de la finale de Ligue Europa qui a opposé le FC Séville à l’AS Rome à Budapest en Hongrie, de nombreux médias étrangers ou francophones ont rapporté la mésaventure de 300 supporters de Séville qui ont manqué le match après avoir pris un vol pour Bucarest, en Roumanie, au lieu de Budapest.

"Fallait être plus attentif en cours de géo", ironise So Foot... Même blague de Ouest France : "Cela fait un paquet de monde à ne pas avoir écouté en cours de géographie !"

Pourquoi c’est faux ?

L’information reprise par tous ces médias ne repose que sur une seule source : un tweet d’un compte de fans de football espagnol. Or plusieurs éléments permettent de douter de sa véracité.

Aucun journal espagnol ou média local d’Andalousie n’a évoqué cette histoire, qui ne serait pourtant pas passée inaperçue.

De son côté, le service de presse du FC Séville, contacté par Désintox, dément formellement, assurant que “c’est catégoriquement faux“

Cette fake news trouve probablement sa source dans une histoire bien réelle. En 2012, 400 supporters d'un autre club espagnol, l'Athletic Bilbao, avaient raté la finale de l'Europa league en se rendant à Budapest au lieu de Bucarest.

Avant le match du FC Seville, le journal sportif El Desmarque a même consacré un article à l'épisode, intitulé :  “les supporters de l’Athletic ont confondu Budapest et Bucarest : l’erreur de la finale 2012 que les Sévillans ne doivent pas commettre”

On peut imaginer que cela a poussé un petit plaisantin à essayer de faire croire que la même histoire s'était répétée onze ans plus tard. 

Dans tous les cas, carton rouge pour les médias trop crédules qui ont relayé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.