Désintox. Non, il n'y a pas d'arc en ciel sur l’arc de triomphe pour la Pride.

Publié
Article rédigé par Désintox - Arte
France Télévisions
Vendredi 2 juin, l'activiste conservateur britannique Oli London, vivant aux Etats-Unis, a partagé une vidéo sur Twitter. On y voit l'Arc-de-Triomphe surplombé d'un immense arc en ciel et d'un nuage, sur lequel est inscrit « Marche des fiertés ».

D'où vient l'intox ?

Vendredi 2 juin, l'activiste conservateur britannique Oli London, vivant aux Etats-Unis, a partagé une vidéo sur Twitter. On y voit l'Arc-de-Triomphe surplombé d'un immense arc en ciel et d'un nuage, sur lequel est inscrit « Marche des fiertés ». En légende, l'internaute indique : « L'arc de triomphe à Paris, le monument historique érigé en 1836 pour honorer la mémoire des héros de la guerre et des soldats morts aux combats, a été défiguré avec un arc en ciel géant pour célébrer la Pride. » Cumulant plus de 3,9 millions de vues, ce post a suscité de nombreux commentaires. Dans lesquels des internautes s'indignent de ce qu'ils considèrent comme un « manque de respect » flagrant envers les combattants. Parmi les retweets, on voit que des Français aussi sont tombés dans le panneau.

Pourquoi c'est faux ?

Car non, aucun arc en ciel n'a été installé sur le monument français, à l'occasion de la marche des fiertés qui se déroulera fin juin, à Paris. Dans un second tweet, Oli London publie un lien vers sa source, souhaitant ainsi apporter du crédit à son information. Problème : il s'agit en fait de la page Instagram d'un artiste, spécialisé dans l'animation 3D. Son nom ? Ian Padgham. Américain, il vit en ce moment à Paris et publie régulièrement des images de monuments historiques ou de décors parisiens transformés grâce à l'animation. Sous la vidéo qu'il a intitulée « Arc-en-ciel de Triomphe », il souhaite une « joyeuse Pride à tout le monde » et se dit « fier de vivre dans un monde qui se bat pour que chacun puisse vivre comme il l'entend ».

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.