Vaucluse : le maire de Cavaillon porte plainte après l'organisation d'une fête foraine sauvage dans une cité le 14 juillet

Un événement organisé par des trafiquants de drogue du quartier, selon le maire de la ville.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Vaucluse
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La cité du Docteur-Ayme, à Cavaillon, dans le Vaucluse. (ANGÉLIQUE SUREL / MAXPPP)

Le maire de Cavaillon, Gérard Daudet, a porté plainte après l'organisation d'une fête foraine sauvage le week-end du 14 juillet dans la cité du Docteur-Ayme, rapporte France Bleu Vaucluse. Durant le week-end, des trampolines, une pêche aux canards, des jeux gonflables, une piscine et un stand à barbe à papa ont été installés au cœur de la cité.

>> Vaucluse : à Cavaillon, des jeux d’eau dans une cité aux mains des dealers font polémique

Selon le maire, la fête n'a jamais été déclarée et la piscine a été remplie avec les bornes incendies. Gérard Daudet estime que derrière cette fête se cachent les trafiquants de drogue du quartier. Sur les réseaux, des vidéos des installations ont circulé sur les comptes qui partagent habituellement les tarifs de la drogue.

"On fait plaisir aux petits et aux mamans"

Dans la cité, certains des jeunes sont, en effet, impliqués dans le trafic. Mais ce n'était pas l'objet de la fête, selon eux. "Le but, c'était de faire plaisir aux petits" explique un des organisateurs rencontré par France Bleu Vaucluse. "Des enfants entre 3 et 10 ans, ce n’est pas eux qui vont venir acheter du shit" réagit un autre jeune.

"De toute manière, les autorités ne voient que ça. Pour eux le Docteur-Ayme, c'est que le deal. Nous ça fait deux ans qu'il ne s'est rien passé dans la cité, pas d'événement. Alors on anime la vie de la cité, on fait plaisir aux petits et aux mamans", raconte tout sourire ce lycéen du quartier.

Selon un des organisateurs, "l'autorisation de mettre une piscine et des jeux gonflables, de toute manière, on ne l'aurait jamais eue", mais "la prochaine fois, promis, on invitera le maire" a-t-il ironisé.

Le maire Gérard Daudet rétorque que l'objectif, pour le trafic de stupéfiants, c'est aussi d'avoir une bonne image auprès des habitants de la cité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.