Cet article date de plus de neuf ans.

Pétition de la Droite populaire (UMP) contre le droit de vote des étrangers

La Droite populaire (UMP) et son chef de file, le ministre des transports Thierry Mariani, ont lancé mercredi une pétition nationale contre le droit de vote des étrangers aux élections locales, une proposition figurant dans le programme du PS.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Image du site mis en place par la Droite populaire (DR)

La Droite populaire (UMP) et son chef de file, le ministre des transports Thierry Mariani, ont lancé mercredi une pétition nationale contre le droit de vote des étrangers aux élections locales, une proposition figurant dans le programme du PS.

"Être citoyen français a une signification pleine et entière. Être citoyen français donne le droit de vote, il en est ainsi depuis la Révolution française de 1789 . Cette proposition démagogique du Parti socialiste (celle d'accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales) est donc un mauvais coup porté à la République française, à sa Constitution et à sa tradition. Comment imaginer que la principale différence entre un citoyen français et un étranger disparaisse ?" peut-on lire dans le texte d'une pétition de la Droite populaire, une tendance de l'UMP, qu'il est possible de signer en ligne sur le site "www.nondroitdevotedesetrangers.fr"

Le logo du site détourne celui de l'association SOS Racisme et sa petite main jaune dans laquelle on pouvait lire "touche pas à mon pote", dans les années 1980. "Il y a des arrière-pensées électorales" du PS, a affirmé M. Mariani, car "on s'aperçoit que, dans tous les pays, notamment au nord de l'Europe, où cette mesure a été adoptée, elle a permis de fournir des bataillons d'électeurs au Parti socialiste local".

"Notre alerte, c'est pour dire aux Français attention, cette fois, ce n'est pas une mesure lancée en l'air", a encore mis en garde le ministre des transports. "S'il gagne (les élections de 2012), le PS aura tous les moyens de mettre en place cette mesure sans retour", une mesure aux conséquences "lourdes, car dans certaines communes", les étrangers peuvent représenter "10% ou 20% du corps électoral", "ce qui peut faire basculer une élection".

La proposition d'accorder le droit de vote aux étrangers "aux élections muncipales après cinq ans de présence sur le territoire français" figurait déjà dans les 110 propositions de François Mitterrand lors de l'élection présidentielle de 1981, a rappelé Thierry Mariani. Ce dernier vient de d'accoder une interview à l'hebdomadaire d'extrême droite "Minute" sur cette question. Cette proposition n'a jamais été mise en oeuvre entre 1981 et 1995 sous la présidence de François Mitterrand.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.