Violences conjugales : comment certains conjoints sont pris en charge pour limiter la récidive

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
Violences conjugales : comment certains conjoints sont pris en charge pour limiter la récidive -
Violences conjugales : des conjoints violents pris en charge Violences conjugales : comment certains conjoints sont pris en charge pour limiter la récidive - (France 2)
Article rédigé par France 2 - O. Longueval, A. Tribouart, D. Chevalier, A. Tranchant
France Télévisions
France 2
Les chiffres des féminicides sont en constante augmentation. Les conjoints violents bénéficient parfois d’accompagnement en marge de leur condamnation, pour amoindrir le risque de récidive.

Entre ces murs, des auteurs présumés de violences conjugales sont suivis. Leur comportement, surveillé. Ils attendent leur jugement, alors qu'ils ont interdiction d’approcher les victimes. Alors, ils sont pris en charge par une association, le service de contrôle judiciaire et d’enquête de Lille (Nord). Entourés de psychologues, de travailleurs sociaux, de juristes, ici, plus de 400 personnes sont accompagnées. C’est le cas de cet homme de 51 ans, arrivé en décembre. Il voit sa thérapeute pour la deuxième fois, mais il a encore du mal à comprendre pourquoi.  

208 000 personnes victimes de violences conjugales en 2021 

L’enjeu de cet échange est de lui faire comprendre les faits qui lui sont reprochés. Ici, la prise de conscience se fait aussi ensemble, en groupe. Plusieurs situations fictives sont présentées aux mis en cause, mais ils ne décèlent pas toujours le problème. D’autres, au contraire, réalisent. Afin qu’ils puissent se concentrer sur leur thérapie, ceux qui le souhaitent sont hébergés sur place. Pendant six mois, leur évolution est scrutée par des contrôleurs judiciaires. En France, les derniers chiffres font état de 208 000 personnes victimes de violences conjugales en 2021. C’est 21% de plus que l’année précédente. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.