Seine-et-Marne : trois hommes placés en détention accusés d'avoir exploité sexuellement deux mineures de 12 et 14 ans

Selon une source proche de l'enquête, l'une des jeunes filles a été prostituée pendant trois semaines, la seconde pendant une semaine. Les suspects se livraient au proxénétisme depuis un an. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'une des victimes a été géolocalisée près du centre commercial Val d'Europe, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne). (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

Trois jeunes âgés de 19, 21 et 26 ans ont été interpellés le 22 septembre et placés en détention provisoire, a appris franceinfo mardi 28 septembre de source proche de l'enquête. Ils sont soupçonnés de proxénétisme à l’encontre de deux jeunes filles mineures de 12 et 14 ans. Ils seront jugés devant le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne), le 25 octobre prochain.

L'affaire a débuté le 16 septembre, lorsque la mère d’une adolescente de 14 ans en rupture familiale et en fugue pour la quarantième fois signale sa disparition aux services de police. Elle transmet le portable de sa fille qui sera géolocalisé du côté du centre commercial Val d’Europe, à Marne-la-Vallée. Les policiers de la sûreté départementale de Seine-et-Marne retrouvent l’adolescente en compagnie de deux hommes de 21 et 26 ans.

Ces derniers sont soupçonnés de l’avoir prostituée pendant trois semaines. Ils s’occupaient de la location des appartements, de la mise en ligne des annonces et déplaçaient la mineure de logement en logement.

De leur côté, les suspects assurent en garde à vue qu’ils protégeaient la jeune fille

En surveillant les passes avec les clients. Le suspect âgé de 26 ans est déjà connu pour trafic de stupéfiants et violences. Le troisième suspect âgé de 19 ans a été interpellé dans la foulée.

Selon cette source proche, l’adolescente de 14 ans a été exploitée sexuellement pendant trois semaines, celle de 12 ans pendant une semaine. Ces trois suspects se livraient au proxénétisme depuis un an selon cette même source, six autres jeunes filles "seraient passées entre leurs griffes en un an", mais ils assurent qu’elles étaient majeures et consentantes.

Un plan national de lutte contre la prostitution des mineures doit être présenté par le secrétaire d’État à l’enfance Adrien Taquet le mois prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.