"On peut se sentir en sécurité !" : à Marseille, une application permet de signaler les agressions sexuelles et sexistes sur les plages

La mairie expérimente un dispositif sur la plage du Prado pendant tout le mois d'août : une application mobile, "Safer Plage", qui permet de signaler une agression.

Article rédigé par
édité par Phéline Leloir-Duault - Hugo Charpentier
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'application Safer Plage permet de signaler une agression dont on est victime ou témoin. (HUGO CHARPENTIER / RADIO FRANCE)

Les vacances à la plage ne limitent pas le risque d'agression sexuelle ou de harcèlement sexiste. Alors à Marseille, la mairie expérimente un dispositif d'alerte sur la plage du Prado : Safer Plage, une application mobile gratuite et simple d'utilisation. Les personnes victimes ou témoins d'agression peuvent la signaler en quelques secondes grâce à un bouton d'urgence : "C'est hyper rapide, c'est marqué : 'Demander de l'aide'. La personne appuie dessus, ça la géolocalise et ça nous envoie une alerte", explique Lisa, 22 ans, nageuse-sauveuteuse.

Les nageuses sauveuteuses surveillent la plage : elles sont averties si une personne signale une agression sur l'application. (HUGO CHARPENTIER / RADIO FRANCE)

L'application est connectée au poste de secours de la plage et permet aux agents d'intervenir rapidement : "On se rend sur place, et comme ce sont des filles qui nous contactent, je préfère être accompagnée de sauveteuses filles, comme ça elles se sentent plus en sécurité", indique Lisa.

La police peut intervenir en cas de problème grave

L'application a déjà fait ses preuves dans plusieurs festivals. Ce premier essai
est réalisé en partenariat avec des associations féministes. "On a décidé de faire une action sur des plages de Marseille parce que c'est un endroit où se retrouvent les Marseillaises et les touristes l'été", développe Nathalie Teissier, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes. 

"On s'est aperçu qu'il y avait beaucoup de femmes qui ne venaient plus à la plage, beaucoup de femmes qui nous faisaient des retours."

Nathalie Teissier, conseillère déléguée aux droits des femmes

à franceinfo

"À la fin de la saison, il y a des chiffres qui montrent que beaucoup de personnes ont été embêtées ou agressées : à partir de ce moment-là, il faut faire quelque chose", affirme-t-elle. Cependant, pas question que les secouristes remplacent les policiers : "Si le harcèlement s'arrête, si la personne est localisée et qu'on arrive à régler le problème, c'est une chose. Si c'est plus grave, la police municipale est présente et la police nationale peut arriver."

"C'est compliqué si on est toute seule"

Sur la plage, certaines femmes ont déjà téléchargé l'application, d'autres ne vont pas tarder à le faire. "C'est génial, c'est pratique pour nous car au moins on peut se sentir en sécurité !", se félicite une vacancière. "Souvent les garçons viennent nous voir et ils ne veulent pas nous lâcher, raconte une autre. C'est compliqué si on est toute seule, on ne sait pas comment faire et il faut toujours qu'on ait de l'aide, c'est vrai que ce sont des choses qui arrivent."

"En général, quand on est harcelée, on change de place ou on est un peu paniquée. Mais c'est une très bonne chose si des personnes peuvent intervenir pour nous aider."

Une vacancière

à franceinfo

Le dispositif est à l'essai cet été uniquement sur la plage du Prado, mais il devrait être généralisé sur toutes les plages de Marseille l'été prochain.

A Marseille, une application permet de signaler les agressions sexuelles et sexistes sur les plages - Un reportage d'Hugo Charpentier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.