Affaire Margaux Pinot : la version des faits d’Alain Schmitt ne convainc pas le parquet

Publié Mis à jour
Margaux Pinot : la version des faits d'Alain Schmitt ne convainc pas
Article rédigé par
N. Perez, A. Gaucher, M. Benito, G. Gheorghita, J. Cohen - France 2
France Télévisions

Le visage tuméfié de la championne de judo Margaux Pinot a fait le tour des réseaux sociaux et suscité l’indignation en 24 heures. Elle accuse son compagnon et entraîneur Alain Schmitt de l’avoir rouée de coups de poings. Lui assure ne pas avoir porté de coups, et se trouve relaxé par la justice. Le parquet de Bobigny a fait appel.

Elle a choisi de montrer son visage tuméfié sur les réseaux sociaux parce qu’elle ne comprend pas une décision de justice. Dimanche 28 novembre, Margaux Pinot dénonce une violente agression de la part de son compagnon et ex-entraîneur. Dès mardi, celui-ci est jugé à Bobigny en comparution immédiate, puis relaxé, le tribunal ayant estimé que les preuves étaient insuffisantes.

Le parquet de Bobigny a fait appel

Ce sont deux personnalités du monde du judo : Margaux Pinot, championne olympique en équipe cet été et Alain Schmitt, son entraîneur de l’époque. Deux versions qui s’affrontent. Ce jeudi 2 décembre, la jeune judokate a raconté publiquement son récit de la soirée. Un peu plus tôt, c’est Alain Schmitt qui donnait une conférence de presse. Sa version des faits n’a pas convaincu le procureur de Bobigny qui avait requis une peine exemplaire. Le parquet a immédiatement fait appel de cette relaxe, afin d’obtenir un nouveau procès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.