"La Mauvaise Réputation", un film qui dénonce les crimes d'honneur

Dans le film "La Mauvaise Réputation", la réalisatrice évoque les mariages forcés en s'inspirant de sa propre histoire, celle d'une adolescente de 16 ans vivant en Norvège jusqu'au jour où ses parents l'envoient au Pakistan.

Voir la vidéo
France 3

Des amis, des loisirs, une vie d'adolescente normale, en apparence seulement. D'origine pakistanaise, Nisha vit avec ses parents en Norvège, mais sous étroite surveillance. Le jour où son père l'a surprend avec son petit ami, sa vie bascule. Cette famille hantée par la peur du quand dira-t-on conduit de force Nisha au Pakistan, où elle est retenue prisonnière. La réalisatrice Iram Haq a vécu cette descente aux enfers il y a 25 ans : "Cette histoire est celle de millions de filles qui vivent la même chose dans le monde".

Elle a pardonné à son père

Pas d'échappatoire pour Nisha. Elle est enfermée, battue, privée de tout contact avec l'extérieur et endoctrinée. Dans son malheur, elle échappera à la mort dont sont victimes au Pakistan plus de 1 000 femmes chaque année, accusées d'avoir déshonoré leur famille. C'est le fameux crime d'honneur. Victime d'être née femme, Nisha s'enfuira avant d'être mariée de force, comme 15 millions de filles dans le monde chaque année. Pour les associations, cette réalité est traitée de façon exemplaire dans le film La Mauvaise Réputation, sorti au cinéma mercredi 6 juin. Il y a quatre ans, la cinéaste a revu son père et lui a pardonné. Il est mort avant d'avoir pu voir ce film, témoignage poignant d'une fille courageuse qui a choisi la liberté.

Le JT
Les autres sujets du JT
Iram Haq devant l\'affiche de son film \"La Mauvaise Réputation\"
Iram Haq devant l'affiche de son film "La Mauvaise Réputation" (France 3)