L'Australie ferme ses portes aux visiteurs condamnés pour violences domestiques

"Vous n'êtes pas les bienvenus dans ce pays", a lancé le ministre de l'Immigration, dimanche, aux condamnés pour violences envers des femmes ou des enfants.

Des personnes marchent sur un quai à proximité de l\'opéra de Sydey (Australie), le 2 novembre 2016.
Des personnes marchent sur un quai à proximité de l'opéra de Sydey (Australie), le 2 novembre 2016. (STEVEN SAPHORE / REUTERS)

Canberra intensifie sa lutte contre les délinquants étrangers. L'Australie a annoncé, dimanche 3 mars, que les visiteurs reconnus coupables de violence envers des femmes ou des enfants seraient désormais expulsés ou interdits d'entrée. "L'Australie ne tolère pas les auteurs de violences domestiques", qui ne sont "pas les bienvenus", quelle que soit la peine qui leur a été infligée, a affirmé le ministre de l'Immigration.

Les nouvelles lois, entrées en vigueur jeudi, renforcent la législation existante, privant de visa d'entrée les personnes condamnées à au moins un an de prison. Par le passé, Canberra a déjà refusé des visas au rappeur américain Chris Brown, condamné pour avoir battu en 2009 la diva pop Rihanna, et à la star de la boxe Floyd Mayweather, condamné à plusieurs reprises pour violences conjugales.