Cet article date de plus d'un an.

Féminicide à Mérignac : l’avocate de la victime prend la parole

Publié Mis à jour
Féminicide à Mérignac : l’avocate de la victime prend la parole
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Desjars, N.Lachaud - France 3
France Télévisions

Chahinez, une femme de 31 ans, a été brûlée vive par son mari, mardi 4 mai, à Mérignac, près de Bordeaux (Gironde). Samedi, Me Solène Roquain-Bardet, son avocate, estime que la dangerosité du conjoint a été sous-estimée.

Chahinez, une femme de 31 ans, a été brûlée vive par son conjoint, mardi 4 mai, à Mérignac (Gironde). Elle restait discrète sur son calvaire conjugal. Son second mari l'avait fait venir d'Algérie, où son fils aîné vivait encore. Ce conjoint violent l'a longtemps tenue par le chantage. "Elle était persuadée que son mariage était la seule façon de faire revenir son petit garçon d'Algérie. Son mari l’avait absolument persuadée de ça et avait un moyen de pression énorme sur elle là-dessus, en lui disant effectivement que si elle entamait une procédure de divorce, il ferait tout pour que cet enfant ne vienne pas", explique Me Solène Roquain-Bardet, avocate de la victime.

Un homme déjà condamné pour violence

L’été dernier, le mari de Chahinez avait été pris en flagrant délit de violence et avait été condamné à 18 mois de prison dont neuf avec sursis. Pour Me Solène Roquain-Bardet, la dangerosité de cet homme a été sous-estimée. "Il avait déjà été condamné en 2015 pour une autre victime, sa première compagne. On avait des éléments qui démontraient peut-être une graduation, une accélération des choses, qui pouvaient laisser prévoir peut-être pas ce qu’il s’est passé, mais en tout cas que d’autres faits auraient lieu", déclare-t-elle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.