Doubs : une femme retrouvée morte dans sa voiture, son compagnon abattu par les gendarmes

Les gendarmes du Doubs ont découvert le corps sans vie d'une femme dans une voiture vendredi à Guillon-les-Bains. Ils ont ensuite abattu son compagnon, considéré comme le principal suspect.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les faits se sont produits à Guillon-les-Bains, dans le Doubs, entre Besançon et Montbéliard. (GOOGLE MAPS)

Les gendarmes du Doubs ont découvert le corps d'une femme de 54 ans décédée dans une voiture, vendredi 23 juillet dans la station thermale de Guillon-les-Bains, rapporte France Bleu Besançon. Ils ont ensuite abattu son compagnon, un homme de 39 ans, qui était considéré samedi comme le principal suspect. Retrouvé près de la voiture, il a avoué les faits avant de mourir, indique le procureur de la République de Besançon.

Une multitude "de coups de poings"

L'intervention des gendarmes a démarré vers 23 heures, alors qu'un feu d’artifice prenait fin dans la commune de Guillon-les-Bains. Ils ont d'abord tenté de maîtriser un homme très excité et véhément, qui menaçait la foule avec des bûches de bois. L’homme, originaire d’un village voisin, est parvenu à échapper aux gendarmes.

Trois kilomètres plus loin, les gendarmes du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) de Montbéliard ont découvert un véhicule abandonné avec les vitres et feux arrière brisés. En inspectant l'intérieur de cette voiture, ils ont vu sur la banquette arrière le corps sans vie d'une femme au visage tuméfié. Selon le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, elle a subi une multitude de "coups de poings, mais sans aucune trace d'arme à feu ou d'objet contondant". Une autopsie devra confirmer cela lundi ou mardi.

Il avoue les faits avant de mourir

À ce moment-là, à quelques mètres seulement de la voiture, les gendarmes ont repéré le fuyard, qui a refusé d'obtempérer aux sommations d'usage. "Un gendarme fait usage de son arme. Un seul coup de feu est tiré, peu avant minuit", précise Etienne Manteaux. Touché au thorax, l’homme a continué malgré tout d'avancer avant de s'écrouler sur la voiture, où il a été réceptionné par un des pompiers également présents. Il lui a confié : "C'est ma femme, je l'ai tabassée."

Transporté en urgence à l'hôpital de Besançon, il y est décédé de ses blessures dans la nuit. Cet homme de 39 ans était connu de la justice pour quelques condamnations, notamment trois mois de prison ferme pour vol avec violences en 2005. Chez lui, "beaucoup de bouteilles d'alcool ont déjà été retrouvées", précise le procureur à France Bleu Besançon. Il était considéré samedi soir "comme le principal suspect" du décès de sa compagne de 54 ans, "qui n'avait jusqu'à ce jour jamais déposé ni plainte ni main courante pour des faits de violences conjugales".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.