Bretagne : un homme placé en détention pour avoir fixé des balises GPS sur le véhicule de son ex-compagne

L'homme, qui a reconnu les faits, doit être jugé le 30 décembre prochain. Son ex-compagne s'est rendu compte qu'il se trouvait souvent aux mêmes lieux qu'elle après leur séparation, et a porté plainte.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de la Cité Judiciaire de Rennes, le 23 septembre 2019. Photo d'illustration. (LOIC VENANCE / AFP)

Le parquet de Rennes annonce, samedi 19 décembre, qu'un homme de 44 ans a été placé en détention pour avoir posé des balises GPS sur le véhicule de son ex-compagne. Le quadragénaire doit être jugé le 30 décembre prochain. 

Son ex-compagne avait déposé une plainte auprès de la brigade de gendarmerie de Mordelles en Ille-et-Vilaine après s'être rendu compte que son ex-compagnon se trouvait souvent aux mêmes lieux qu'elle, sans raison particulière. Depuis la séparation du couple à la mi-novembre, elle avait constaté à 17 reprises sa présence, une situation qui ne pouvait être fortuite, selon elle.

L'homme a reconnu les faits

Une enquête a démontré que cet homme avait posé les deux balises GPS, lui permettant de suivre le véhicule de son ex-compagne au moyen de son téléphone. Le suspect a déjà été condamné par le passé "pour des faits de harcèlement par conjoint et violences par conjoint sur d'autres victimes et faisant en outre l'objet d'une mesure de sursis probatoire", indique le parquet. Lors de sa garde à vue, il a reconnu les faits et précisé avoir posé les balises en septembre très rapidement après sa rencontre en août avec son ex-compagne.

Il a été présenté en comparution immédiate pour y répondre de "harcèlement par conjoint, détournement d'un dispositif ou procédé de sécurité ou de marquage d'un véhicule pour localiser à distance un véhicule non signalé volé et mise en danger de la vie d'autrui", car l'une des balises était posée de telle sorte qu'elle entravait le bon fonctionnement du véhicule.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.